Législatives partielles : double défaite de LREM face à Les Républicains, Wauquiez parle de "désaveu" pour Macron

Politique
DirectLCI
CLAQUE - Ian Boucard (au centre sur la photo) a été réélu dimanche 4 février député de la 1ère circonscription du Territoire de Belfort face au candidat LREM-MoDem avec près de 59% des voix. Dans le Val d'Oise, c'est Antoine Savignat qui l'a emporté sur la députée sortante Isabelle Muller-Quoy.

Il s'agissait de deux élections test pour le parti au pouvoir comme pour la droite : comment, dans deux circonscriptions historiquement ancrées à droite, la majorité présidentielle allait-elle s'en sortir dans des scrutins partiels rarement favorables à la majorité ? Réponse : mal, puisque, dans le duel opposant le centre-droit à la droite traditionnelle, ce sont Les Républicains qui ont remporté la martingale. Ian Boucard a décroché la 1re circonscription du Territoire de Belfort, au second tour, face au candidat LREM-MoDem Christophe Grudler, avec 58,93% des suffrages. Et, dans le Val d'Oise, c'est Antoine Savignat  qui a battu la candidate sortante de la République en marche, Isabelle Muller-Quoy, avec 51,45%.


Une "belle victoire pour notre famille politique", a estimé Ian Boucard, 29 ans. "Les Terrifortains ont dit non à la hausse de la CSG, non à la hausse du (prix du) carburant", a-t-il poursuivi, soulignant que cette élection relevait d'un "enjeu national". Les deux hommes ont rejoué le duel du 18 juin dernier dans cette 1re circonscription du Territoire de Belfort, que le candidat LR avait emportée de 279 voix seulement. Ce scrutin avait été annulé le 8 décembre par le Conseil constitutionnel, à la suite d'une requête du candidat centriste. Les Neuf sages avaient sanctionné le candidat de la droite qui avait fait distribuer, en fin de campagne, de faux tracts de La France insoumise et du Front national qui appelaient à voter pour lui au second tour.

Matignon minimise, Wauquiez s'enflamme

Dans la 1re circonscription du Val d'Oise, la candidate de la République en marche, Isabelle Muller-Quoy, a donc quant à elle été vaincue par Antoine Savignat. L'élection de juin avait été invalidée en raison de l'inéligibilité du suppléant de l'élue du parti au pouvoir.  Preuve de l'enjeu que représentait cette élection pour la majorité, le Premier ministre, qui figurait sur l'affiche de campagne de la candidate LREM, était venu la soutenir jeudi 1er février aux côtés de Christophe Castaner, le délégué général du parti. La veille, une quinzaine de parlementaires de la majorité, dont le président du groupe Richard Ferrand, étaient déjà venus prêter main forte à la candidate.


Interrogé par LCI, l'entourage du Premier ministre a salué "la victoire des deux nouveaux députés." Pour Matignon, rien de très surprenant à cette défaite, puisque "les législatives partielles sont toujours difficiles pour les majorités en place. C’est un moment où il est plus facile de mobiliser contre que pour". A l'opposé, Laurent Wauquiez, le patron de LR, a salué un "message clair" et un "désaveu" adressés par "la France du réel" à Emmanuel Macron et à la politique du gouvernement, "dont les effets sur le terrain sont sévèrement jugés par nos concitoyens : matraquage fiscal des classes moyennes et des retraités, explosion sans précédent de l'immigration et de la délinquance".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter