Législatives partielles : le PS en tête dans le Bas-Rhin, mais au plus bas dans les Alpes-Maritimes

Législatives partielles : le PS en tête dans le Bas-Rhin, mais au plus bas dans les Alpes-Maritimes
Politique

ELECTIONS - Dimanche 22 mai, à l'occasion des élections législatives partielles dans la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes, la jeune candidate Les Républicains, Marine Brenier, adjointe au maire de Nice, a de son côté frôlé la majorité des voix dès le premier tour.

On votait hier à Nice et à Strasbourg. Dimanche 22 mai, à l’occasion des élections législatives partielles dans la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes et dans la première circonscription du Bas-Rhin, les électeurs ont pu voter pour les successeurs de Christian Estrosi, le maire de Nice, élu en décembre 2015 président de la région PACA, et d’Armand Jung, démissionnaire de son siège de député pour des raisons de santé.

A Strasbourg, le candidat PS en bonne position

Ainsi, dans le Bas-Rhin, le candidat socialiste Eric Elkouby, est arrivé largement en tête au premier tour de la législative partielle avec 30,48% des suffrages, contre 19 % pour son principal concurrent, Jean-Emmanuel Robert (Les Républicains, LR), qu’il affrontera donc en duel au second tour. Assistant parlementaire d’Armand Jung, cet adjoint au maire de Strasbourg semble bien placé pour l’emporter et permettre ainsi à la gauche de conserver ce siège détenu par le Parti socialiste (PS) depuis dix-neuf ans.

Le scrutin, où s’alignaient pas moins de 14 candidats, a été marqué par une très faible participation, de 22,28 % seulement. Le Front national (FN), représenté par Andréa Didelot, est troisième avec 10,44 %. Le candidat Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Simon Baumert, a, quant à lui, frôlé les 10 % (avec 9,26 %), tandis que Laurent Py, de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) a obtenu 7,64 %.

Le PS dégringole à Nice

Au sud, dans la cinquième circonscription de Nice, c’est en revanche Marine Brenier, jeune candidate Les Républicains, et adjointe au maire de Nice qui est arrivée en première position avec 47,4% des voix. Elle devance le candidat FN Michel Brutti, qui a rassemblé 30,7 % des suffrages exprimés.

A gauche, le PS s’effondre : Chaama Graillat, femme de ménage de 53 ans et secrétaire de section à Nice depuis un an, ne recueille pour ce premier tour que 6,5 % des voix loin des 25% de son prédécesseur en 2012. Elle est même devancée par le candidat du Front de gauche, Philippe Pellegrini (7,5 %). Mais le taux de participation, de 23,3%, est là aussi très faible.

A LIRE AUSSI >> Christian Estrosi annonce sa démission de son mandat de député

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent