Les 3 choses à retenir du clash Mélenchon-Zemmour sur RTL

Politique

DUEL - Invités à débattre sur RTL, le politique et le polémiste ont été fidèles à leur réputation, sans toutefois que leur face-à-face ne dérape. Si vous n'avez pas pu l’écouter, metronews vous propose une session de rattrapage.

Des désaccords… mais aussi des accords

Tout d'abord interpellés sur la laïcité, les deux hommes ont en premier lieu proposé un spectacle plutôt inattendu. Globalement sur la même longueur d'onde concernant l'interdiction de signes religieux en ces lieux, soulignant à plusieurs reprises leur accord.

Seule l'affaire du retrait d'une crèche dans une mairie de Vendée aura divisé les deux hommes, Eric Zemmour soulignant qu'il s'agit une "tradition millénaire" à conserver, alors que Jean-Luc Mélenchon est, lui, resté sur ses positions, prônant la laïcité et la nécessité de laisser "la religion de son côté". Les deux adversaires ont en revanche gardé un profond désaccord sur l'assimilation, un modèle à oublier pour Zemmour et à approfondir pour Mélenchon, qui n'a pas manqué de l'accrocher concernant ses positions sur l'islam : "Qu'on cesse de faire lien immigré-musulman", a-t-il déclaré.

EN SAVOIR + >> Mélenchon accuse Zemmour de vouloir déraper les Français

Après cet épisode, il aura fallu attendre la fin du débat et le thème de l'UE pour voir les deux hommes se rapprocher de nouveau. Présentant un diagnostic quasi identique sur ce qu'Eric Zemmour a présenté comme une "machine à imposer et favoriser la domination économique allemande sur toute l'Europe", les deux hommes se sont éloignés concernant leurs solutions. Le polémiste a ainsi avancé la solution d'une sortie de l'Europe, quand Jean-Luc Mélenchon a préféré mettre en avant la nécessité d'avoir une "France forte", capable de "désobéir", résumant leur désaccord d'un : "Dans l'Europe libérale, vous n'aimez pas l'Europe. Moi c'est le libéralisme."

Des petites phrases qui enflamment le débat

Comme on pouvait le prévoir, les deux hommes ont tout de même fini par s'écharper, ne se privant pas de lancer quelques petites phrases bien senties. A ce petit jeu, c'est le leader du Front de gauche qui s'est surtout fait remarquer. Interrompu par son interlocuteur, il n'a ainsi pas hésité à lancer un très sec "Monsieur Zemmour, vous vous taisez, je parle ; vous parlez, je me tais", rapidement repris sur les réseaux sociaux, avant de se moquer quelques minutes plus tard d'une des dernières polémiques impliquant son adversaire du soir : "Vous ne faites que des commentaires de chanson et parler d'Hélène et les Garçons, vous êtes grotesque."

EN SAVOIR + >> Les remontrances de Mélenchon à une eurodéputée allemande

C'est ensuite un désaccord sur l'évolution des positions de Jean-Luc Mélenchon concernant l'Europe qui a définitivement lancé les hostilités. Ainsi, lorsque Éric Zemmour a rappelé que le cofondateur du Front de gauche avait soutenu le traité de Maastricht, avant de changer d'avis quelques années plus tard, celui-ci s'est rapidement enflammé, allant jusqu'à critiquer la "rhétorique d'extrême droite" de son adversaire tout en rappelant son engagement pour le non au traité de Lisbonne.

Un jeu médiatique bien rodé

Comme cela pouvait se prévoir, le duel tant attendu a plus tourné au jeu médiatique qu'au réel débat d'idées, laissant les deux hommes globalement figés sur leurs positions. Outre les piques envoyées à son adversaire, le leader du Front de gauche n'a ainsi pas oublié d'en remettre une couche sur son envolée contre la chancelière allemande, Angela Merkel. Un tweet ravageur qu'il a déclaré ne pas regretter, et auquel il a ajouté : "Mme Merkel, vous ne donnez pas d'ordre à la France. Vous allez vous tenir à votre place." Un bon moyen d'alimenter le buzz médiatique, à coup sûr.

EN SAVOIR + >> "Le Suicide français" est officiellement un torchon

Lire et commenter