Les bras d'honneur de Patrick Balkany à Canal+

Les bras d'honneur de Patrick Balkany à Canal+

Politique
DirectLCI
COUP DE SANG - Patrick Balkany, le maire UMP réélu de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), s'est grossièrement illustré dans les médias cette semaine. Ce sont cette fois les journalistes de Canal+ qui en ont fait les frais.

Patrick Balkany a perdu son sang-froid cette semaine par deux fois. Le député UMP de Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, réélu dès le premier tour lors des récentes élections municipales, a fait deux bras d'honneur aux caméras de Canal+.

Le premier a eu lieu lundi 31 mars. L'émission satirique, Le Petit journal, diffuse un reportage tourné la veille à la mairie de Levallois-Perret, jour d'investiture de Patrick Balkany fraîchement réélu . "C'est une grande claque pour Canal+, pour les Guignols, pour la presse, pour tous ceux qui ont essayé de faire du bashing anti-Balkany pendant toute la campagne, et bien vous savez ce qu'ils vous ont fait au 'Petit journal', et bien un bras d'honneur", déclare Patrick Balkany, qui joint alors le geste à la parole.

"Vous nous faites chier"

Deuxième coup de sang ce dimanche 6 avril, dans Le Supplément, l'émission politique de la chaîne cryptée. La scène, tournée à l'Hôtel de ville de Levallois-Perret, montre un Patrick Balkany hilare. A l'écran, le journaliste lui tend le micro. "Alors mon grand, on vous a fait un beau bras d'honneur hein ! A force de vouloir taper sur Balkany, Canal et les autres d'ailleurs, etc. Tu sais ce qu'on leur a fait nous ? Vlan !", assène l'élu, en accomplissant un nouveau bras d'honneur face caméra.

Patrick Balkany est un habitué des coups d'éclat . En février dernier, une journaliste de la chaîne d'information en continu BFMTV avait eu droit à un traitement spécial. L'élu, irrité par des révélations dans la presse sur son patrimoine et l'emploi d'un salarié, s'était emporté. "Cassez-vous ! Tirez-vous !", s'était-il enflammé, avant de partir dans son local de campagne en s'emparant de la caméra , toujours en marche. "Je la garde car vous nous faites chier", avait-il éructé. Son épouse Isabelle, conseillère générale des Hauts-de-Seine, avait présenté des excuses.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter