Les "casserolades" de Mélenchon, une pratique politique aussi vieille que la République

Politique
HISTOIRE - Alors que Jean-Luc Mélenchon appelle à "faire le plus de bruit possible" samedi 30 septembre avec des casseroles pour protester contre la réforme du code du travail, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner lui rétorque que l'extrême droite française a utilisé ce procédé. C'est vrai, mais bien d'autres mouvements l'ont fait avant.

Un petit coup d'oeil à l'histoire suffit à se rendre compte que les casseroles ne servent pas qu'à cuisiner. Jean-Luc Mélenchon est le dernier en date à vouloir poursuivre cette tradition. Lors du rassemblement des Insoumis du 23 septembre, il a appelé à "faire le plus de bruit possible" avec des casseroles le samedi 30 septembre prochain. 


"Nous ferons nos casserolades, c’est-à-dire que vous allez aller avec des casseroles samedi prochain, et vous allez faire le plus de bruit possible, là où vous croyez que c’est bien de le faire. Et voici quel sera le sens du message : 'Vous nous pourrissez la vie et vous nous empêchez de rêver alors on vous empêche de dormir'", avait alors annoncé Jean-Luc Mélenchon en guise de consigne opératoire.

Une pratique qui remonte à la monarchie de Juillet

L'initiative a été critiquée par le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner : "N’oublions pas que c’est Poujade, en France, qui a pratiqué les casserolades. Ou ceux qui ont fait tomber Salvador Allende. Là encore, une petite révision de l’histoire éviterait certaines erreurs". En mentionnant les partisans de Pinochet où le mouvement poujadiste, qui a notamment offert à Jean-Marie Le Pen son premier mandat, le secrétaire d'Etat servait son objectif de renvoyer Jean-Luc Mélenchon au populisme, l'extrémisme et à la violence, des qualificatifs utilisés par les soutiens d'Emmanuel Macron pour discréditer l'éminent insoumis. Mais il omettait aussi que les casserolades sont une pratique bien plus anciennes que ça.

Si le mouvement poujadiste a effectivement fait sonner les casseroles pour protester contre les contrôles fiscaux visant les commerçants et artisans, s'il est vrai que l'opposition à Salvafor Allende a utilisé la casserolade en signe de contestation, le concert de casseroles a été pratiqué par tous les camps politiques, dans de nombreux pays, et ce depuis le XIXe siècle. 


En France, explique Libération, la casserolade remonte aux années 1830. Ce sont alors les républicains qui protestent contre la Monarchie de Juillet et le roi Louis-Philippe. Ils empruntent "à un rituel coutumier bien connu des ethnologues, qu'on appelle 'charivari'", comme l'explique l'histoiren Emmanuel Fureix sur France Culture. Des charivaris qui visaient, à l'époque du Moyen Age, les couples dont le mariage était jugé "mal assorti".

Dans tous les camps en Amérique latine

C'est donc plutôt le camp républicain, identifié comme la gauche au XIXe siècle, qui a inventé l'utilisation politique de la casserole. Le XXe siècle a vu pour sa part cette pratique se diffuser dans tous les camps et pour toutes les causes. En particulier en Amérique latine. Ainsi, au Chili, le "cacerolazo" a été utilisé pour protester contre la situaton sociale pendant le mandat de Salvador Allende, puis dans les années 1980 contre la dictature ultra-libérale et autoritaire de Pinochet, qui a renversé Allende. 


Au Venezuela, au Brésil, en Argentine ou en Uruguay, les casseroles ont sonné dans tous les camps alors que l'époque, très instable, et voyait socialistes, militaires et autres régimes divers se prendre et se reprendre le pouvoir. 

En vidéo

VIDÉO - En mars, des casseroles lors d'une manifestation anti-corruption à République

En Islande, au Québec... et en France

Plus récemment et sous d'autres lattitudes, la casserolade s'est développée en Espagne, avec "Los Indignados", en Islande, avec la Révolution des casseroles de 2008, et lors du "Printemps érable" au Québec, lors de mouvements sociaux d'ampleur. En France, on trouve dans l'actualité de ces dernières décennies plusieurs casserolades, comme celle des agents hospitaliers du CHU de Caen, en 1997, contre des restrictions budgétaires, visible en photo en haut de cet article. 

En vidéo

VIDÉO - En février, des partisans de Mélenchon accueillent François Fillon avec des casseroles à Athis-Mons

Les concerts de casseroles se sont fait entendre récemment à l'occasion d'événements ponctuels, comme la manifestation de mars contre la corruption, à Paris, ou en réponse à "l'affaire Fillon", qui a marqué la récente campagne présidentielle. Le candidat des Républicains s'était alors fait accueillir en divers lieux par le doux chant des casseroles. Déjà, à l'époque, la France insoumise avait organisé ces rassemblements... et on y trouvait aussi des électeurs d'Emmanuel Macron.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter