"Les catholiques ont le sentiment de ne pas être écoutés"

"Les catholiques ont le sentiment de ne pas être écoutés"

Politique
DirectLCI
RELIGION - François Hollande rencontre vendredi le pape François au Vatican. Mgr Bernard Podvin, porte-parole des évêques de France, a répondu aux questions de metronews avant cette visite.

Qu'est-ce que les catholiques attendent de cette première visite de François Hollande au Vatican  ?
Une reconnaissance, car les catholiques, très actifs dans la société française, que ce soit dans la lutte contre la précarité, la culture ou l'enseignement, ont le sentiment de ne pas être écoutés aujourd'hui. Bien sûr, cette attente n'est pas démesurée, car l'entretien ne durera qu'une demie-heure. Mais il y a une attente sur la force symbolique de cette visite, pour qu'enfin il soit dit que les catholiques sont des citoyens à part entière et que leur contribution à la société est importante.

Comment jugez-vous l'attitude du gouvernement à leur égard ?
Le fait d'avoir un certain durcissement, une montée de réformes sociétales au cours desquelles la contribution des catholiques n'est pas entendue à sa mesure, provoque un sentiment de passage en force et de sous-estimation de ce qu'ils représentent dans la société française. Notre déception vient de ce que des réformes sont engagées au forceps, sans consultation profonde, sur des majorités idéologiques très courtes. Prenez la question de la fin de vie. On annonce une consultation des autorités religieuses. Mais aura-t-elle lieu en profondeur ? Sur ce point, la récente mise hors du conseil national d'éthique des personnalités religieuses a par ailleurs été très mal vécue.

Mariage pour tous, fin de vie... Ce sont des sujets qui qui doivent être abordés vendredi ?
Dans un entretien bilatéral comme celui-ci, les choses sont évidemment millimétrées, très organisées de chancellerie à chancellerie. Et l'ordre du jour réel de ce qui sera dit lors de cette rencontre en tête-à-tête restera pour une part secret. Il est évident que la part de l'international va être forte, puisque le rayonnement du pape compte au niveau de dossiers cruciaux comme la Syrie ou la Centrafrique. Mais je suis convaincu que le sociétal, au moins la fin de vie, sera présent. Je vois mal le pape ne pas évoquer sa préoccupation, et je ne vois mal le Président Hollande ne pas le consulter sur ce dossier tout de même douloureux.

Le pape François a aussi soutenu la "Marche pour la Vie" organisée dimanche par des anti-IVG ...
Oui, c'est un sujet qui lui tient à cœur. Il considère qu'il est le guide spirituel de plus d'un milliard de personnes à travers le monde. Le pape François, une personnalité chaleureuse, est très respectueux de son interlocuteur, de son rôle et du peuple qu'il représente. Mais en même temps, c'est quelqu'un de très libre, qui dit ce qu'il pense. C'est vraiment ce double aspect de cordialité et de franchise qui va caractériser son attitude durant cette rencontre.

Celle-ci ne sera donc en rien tendue ?
Il n'y a aucune raison qu'elle le soit, en tout cas dans l'intention du Vatican. Il n'est pas là pour tendre les choses, mais pour être franc. Son rôle est d'être un médiateur.

Durant sa conférence de presse il y a dix jours, François Hollande a dénoncé les actes "anti-chrétiens" au même titre que les agressions contre les juifs ou les musulmans. C'est une phrase qui a été bien accueillie ?
Tout à fait. Cette phrase a été jugée équitable. Nous en souhaiterions de plus nombreuses. S'il pouvait se développer d'autres signes, ce serait très positif.

Les déboires conjugaux de François Hollande ont-ils un impact sur son image auprès des catholiques ?
Oui, il est évident qu'ils n'y sont pas insensibles. Il ne s'agit pas de juger quelqu'un ni de s'immiscer dans la vie privée, mais les catholiques regardent la cohérence d'une vie : quand on exerce des responsabilités, une cohérence est attendue entre une vie privée sereine et une vie publique riche. Ceci dit, la rencontre entre François Hollande et le pape ne sera pas un entretien spirituel, c'est une visite d'Etat. Il est évident que cette question ne sera pas abordée.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter