"Aucune raison que les gens soient dans la rue après 21h" : le maire de Valence explique pourquoi il instaure le couvre-feu

"Aucune raison que les gens soient dans la rue après 21h" : le maire de Valence explique pourquoi il instaure le couvre-feu
Politique

Toute L'info sur

Coronavirus : la pandémie qui inquiète la planète

CONFINEMENT NOCTURNE - Près de 40 communes ont déjà pris l'initiative d'instaurer un couvre-feu en France. Pour quelles raisons, quelle efficacité ? Le maire de Valence (Drôme) Nicolas Daragon a fait part de ses motivations à LCI.

Perpignan, Mulhouse, Arras, Béziers, Charleville-Mézières, Colombes... Depuis que le maire de Nice Christian Estrosi a fait part de son intention d’instaurer un couvre-feu dans sa commune, de nombreuses villes lui ont emboîté le pas. C’est le cas de Valence, préfecture de la Drôme, 64.000 habitants. Depuis samedi soir, les habitants ne peuvent plus sortir de chez eux entre 21 heures et 6 heures du matin. Le maire LR Nicolas Daragon, réélu au premier tour le 15 mars dernier, a expliqué à LCI quelles étaient ses motivations. 

Lire aussi

LCI : Pourquoi avez-vous décidé de mettre en place ce couvre-feu ?

Nicolas Daragon : Tout d’abord, il est nécessaire que personne ne sorte de chez soi. Il n’y a vraiment aucune raison que les gens soient dans la rue le soir après 21 heures. Pourtant, certains continuent à le faire. Deuxièmement, dans les quartiers populaires, un certain nombre de personnes n’ont toujours pas compris qu’en sortant et en se regroupant ils créaient des foyers de contamination. Enfin, j’estime que nos forces de l’ordre ont mieux à faire que de perdre du temps à négocier avec des gens qui ne veulent pas comprendre.

Quelle différence entre les déplacements diurnes et nocturnes ?

La journée, des déplacements sont légitimement autorisés : faire des courses, se rendre sur son lieu de travail puisque le gouvernement a maintenu l’activité d’un certain nombre de professions, aller à un rendez-vous médical ou à la pharmacie. Et on peut comprendre que les gens aient besoin de s’aérer 10, 15 minutes une fois par jour, surtout quand ils ont des enfants. Instaurer un confinement général et permanent, c’est du ressort du gouvernement. 

Si le gouvernement n'interdit pas les marchés alimentaires, nous le ferons en milieu de semaine prochaine.- Nicolas Daragon

Le souhaitez-vous ?

Oui. J’attends du gouvernement qu’il suive l’avis rendu dimanche par le Conseil d’Etat, qui préconise de resserrer encore l’étau pour que les gens respectent vraiment le confinement. J’aimerais notamment qu’il interdise la tenue des marchés alimentaires. Il est incompréhensible que des gens s'y rassemblent encore. J’ai fait le choix de les maintenir à Valence, parce que certains n’ont pas de surface alimentaire près de chez eux, et parce que les petits producteurs doivent continuer à vivre. Or, j’imagine que si l’Etat interdit la tenue des marchés, ces derniers auront des contreparties financières. Nous sommes nous-mêmes en train d’y réfléchir, si bien que, si le gouvernement ne décide pas de leur fermeture, nous prendrons cette mesure dans le milieu de semaine.

Pensez-vous que le couvre-feu a une vraie efficacité sanitaire ?

Oui, à notre échelle, nous pouvons contribuer à réduire les contacts entre les gens. Nous ajustons le dispositif existant en fonction de ce qu’il se passe réellement sur le terrain et de ce que vivent nos concitoyens. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent