Les députés UMP boycottent l'Assemblée : un geste rarissime

Les députés UMP boycottent l'Assemblée : un geste rarissime

DirectLCI
ZOOM - Les députés UMP boycotteront mercredi la séance des questions au gouvernement après une petite phrase de Manuel Valls sur le passé d'"extrême droite" de Claude Goasguen. Une telle protestation est rarissime à l'Assemblée. Un seul précédent existe : le PS en 2009.

Boycotter l'Assemblée est un fait très rare. C'est pourtant ce qu'ont décidé les députés UMP ce mercredi, après la petite phrase de Manuel Valls sur le passé "d'extrême droite" de l'élu parisien Claude Goasguen. "Faute d'excuses formelles, les députés UMP boycotteront la séance de questions au gouvernement de demain"(mercredi), a annoncé en début de soirée leur chef de file Christian Jacob dans un communiqué, dénonçant des "insultes inacceptables".

Il arrive souvent que des députés en colère décident de quitter l'hémicycle pendant une séance en signe de protestation. Mais ne pas se rendre au Palais Bourbon pour le rendez-vous hebdomadaire des questions au gouvernement, c'est un pas supplémentaire qui est franchi. Et un geste presque inédit : depuis l'instauration de ce rituel parlementaire en 1974, on ne compte qu'un seul précédent. Et ce fut cette fois l'oeuvre des députés PS.

Claude Goasguen critique l'absence des élus PS

Retour en 2008 : la réforme des institutions débarque au palais Bourbon en décembre et marque le début d'une véritable bataille parlementaire. Fruit du travail de la commission Balladur, cette réforme, voulue par Nicolas Sarkozy, prévoit de limiter la durée des débats parlementaires et encadre le droit d'amendement.

Sauf que la gauche, qui accuse le gouvernement de vouloir "mater le Parlement", refuse de voter le texte. Le 20 janvier 2009 au soir, dans un mouvement de protestation sans précédent depuis des décennies, plusieurs dizaines de socialistes se sont rassemblés au pied de la tribune, entonnant la Marseillaise, avant de quitter l'hémicycle.

Avec Jean-Marc Ayrault - alors président du groupe - et Laurent Fabius en première ligne, le parti décide de boycotter plusieurs séances d'affilée. Ils ne se rendront pas non plus, six mois plus tard, au débat organisé par Nicolas Sarkozy au Congrès, qui réunit sénateurs et députés. Ce qui, ironie du sort, avait à l'époque beaucoup irrité les élus UMP. Dont un certain Claude Goasguen...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter