82% des Français ne souhaitent pas d'une alliance entre le Rassemblement national, La France insoumise et les Gilets jaunes

82% des Français ne souhaitent pas d'une alliance entre le Rassemblement national, La France insoumise et les Gilets jaunes

Politique
POLITIQUE - Pourrait-on voir, en France, naître une alliance entre le Rassemblement national, La France insoumise et les Gilets jaunes, sur le modèle du gouvernement d'union mis en place en Italie entre la Ligue et le mouvement 5 étoiles ? Selon un sondage Ifop publié ce dimanche dans le JDD, les Français ne le souhaitent pas, et jugent un tel rapprochement peu probable.

Alors que ces derniers jours, le Rassemblement national, la France insoumise et le mouvement des Gilets jaunes ont pu voir leurs idées converger, le scénario d'un gouvernement d'union à l'italienne serait-il possible en France ? C'est la question qu'a posée l'Ifop  à un millier de sondés, et les résultats ont été publiés ce dimanche dans le Journal du dimanche. A la question sur la probabilité d'une alliance entre La France insoumise, le Rassemblement national et les Gilets jaunes, seulement 20% la jugent "probable", dont 4% "très probable". 43% ne l'estiment "pas probable du tout".

Et à la question : "Souhaitez-vous qu'une telle alliance s'opère ?", 82% des sondés répondent "non", dont 69% "non pas du tout". A noter : parmi les personnes interrogées, les sympathisants du RN (49%) sont bien plus convaincus que ceux de LFI (23%) de la pertinence d'un rapprochement.

En vidéo

Wallerand de Saint-Just sur une alliance avec LFI : "Je regrette le sectarisme de certains (...), essayons de transcender un peu ces clivages"

Alors que dans une interview à Valeurs actuelles, Marine Le Pen avait souligné certaines "convergences" entre son parti et celui de Jean-Luc Mélenchon, le trésorier du RN Wallerand de Saint-Just est allé dans le même sens, ce dimanche matin sur LCI. "Nous n’avons jamais parlé d’alliance. Nous avons parlé, nous avons indiqué que certains à La France insoumise avaient l’amour de la France aussi chevillé au corps, comme nous, et avaient aussi un grand soucis de justice sociale, comme nous, et que ça irriguait un peu les programmes politiques et que sur certains points nous pouvions nous retrouver. Nous avons toujours dit 'Patriotes unissons-nous pour le bien de la France'. Et je regrette le sectarisme de certains, qui veulent rester dans leur pré-carré et toujours distinguer la droite, la gauche. Essayons de transcender un peu ces clivages, et réunissons-nous pour essayer de faire en sorte que les Français vivent mieux." Les Insoumis, eux, se défendent de pouvoir s'entendre avec le parti de Marine Le Pen en mettant en avant leurs "valeurs de gauche" et en appuyant sur leurs dissensions sur des sujets comme la sécurité et l'immigration.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter