"Les personnes âgées vivent trop longtemps", une phrase que Christine Lagarde n'a jamais prononcée

Une citation est prêtée à tort à Christine Lagarde depuis des années.

ORIGINES FLOUES - L'ancienne ministre Christine Lagarde se voit reprocher d'avoir indiqué que les personnes âgées vivaient trop longtemps. Des propos qu'elle n'a pourtant jamais tenus et qui lui sont attribués à tort depuis de longues années.

Alors que des opposants au gouvernement critiquent la gestion de la crise sanitaire, certains sceptiques n'hésitent pas à affirmer que les futurs vaccins, distribués en priorité aux personnes âgées, seront dangereux. "Le vaccin va servir pour éradiquer les personnes âgées", peut-on notamment lire sur Facebook. Pour appuyer cette théorie, une citation attribuée à l'ancienne ministre Christine Lagarde est brandie comme un argument imparable. "Les personnes âgées vivent trop longtemps et il y a un risque pour l'économie mondiale, il faut faire quelque chose, rapidement", aurait-elle déclaré. Problème : elle ne l'a semble-t-il jamais prononcée.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Une rumeur qui court depuis des années

Aujourd'hui à la tête de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde a acquis une stature mondiale grâce à son expérience à la tête du FMI, de 2011 à 2019. Un poste à très hautes responsabilités qui lui vaut d'être ciblée par les adeptes de certaines théories du complot. Si des internautes voient dans la citation qu'ils exhument une preuve irréfutable qu'elle voudrait s'en prendre aux personnes âgées via l'injection d'un vaccin, cette thèse ne repose sur aucun élément tangible. Aucune preuve ne permet d'ailleurs de lui attribuer les mots qui lui sont prêtés et qui circulent en ligne.

Il faut préciser que ce n'est pas la première fois que la citation polémique se diffuse sur les réseaux sociaux, loin de là. Alors qu'elle circulait déjà durant l'été, Libération indiquait qu'elle "circulait bien avant la crise sanitaire". Et pas qu'en France, puisque de nombreux médias étrangers se sont penchés ces dernières années sur ces mots. Malgré des recherches approfondies, aucune occurrence de tels propos dans des discours ou des interventions de Christine Lagarde n'a été trouvé. Totalement décorrélés de la crise du Covid, ces mots semblent ainsi avoir été inventés.

Lire aussi

Pour tenter de comprendre l'origine de cette méprise, il est utile de remonter en 2012, année à laquelle remontent les plus anciennes traces de cette citation sur Internet. Un blog hispanophone la mentionne peu après que le FMI, alors dirigé par Christine Lagarde, a présenté un rapport mondial sur la stabilité financière. Ce travail, souligne le média espagnol Maldita, "met en garde contre les implications financières potentiellement très importantes", liée à un allongement de la vie. Le rapport explique que "comme tout autre risque auquel sont confrontés les agents économiques – comme le risque de taux d’intérêt ou de change – le risque de longévité doit être reconnu et traité".

Il apparaît donc hautement probable que des propos faisant écho à ces observations aient été prêtés à Christine Lagarde. Le FMI, en effet, est attentif aux dépenses des États et surveille l'augmentation de l'espérance de vie des populations. Il la juge positive pour les citoyens concernés, mais interroge la soutenabilité des systèmes de retraites et incite à des réformes structurelles lorsqu'il juge que le financement ne sera pas garanti à moyen ou long terme. Il faut noter que si l'ancienne ministre dirigeait à l'époque le FMI, elle n'était pas présente lors de la conférence de presse qui entourait la sortie de ces travaux.

Déjà exhumée à de nombreuses reprises ces dernières années, en français ou traduite, cette citation ne peut donc pas être attribuée à l'ancienne ministre de l'Économie. Il est d'autant plus abusif de la relier à la crise sanitaire en cours que la source de ces détournements remontre très probablement à 2012. Assurer que Christine Lagarde défend aujourd'hui la distribution d'un vaccin pour éradiquer les personnes âgées est ainsi dénué de tout fondement.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

La vaccination obligatoire des soignants "reste une possibilité", rappelle Gabriel Attal

EN DIRECT - Covid : l'UE n'exclut pas de bloquer à nouveau des exportations de vaccin en cas de pénurie

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Lire et commenter