LIVE POLITIQUE - Le Maire annonce "une hausse progressive et juste du diesel"

LIVE POLITIQUE - Le Maire annonce "une hausse progressive et juste du diesel"
Politique

J+8 - A la veille d'une semaine politique qui promet d'être chargée, le paysage politique poursuit sa recomposition. D'ici là, la journée du 26 juin devrait permettre de se remettre progressivement dans le bain politique. Interviews, petites phrases et décryptage : le tout à suivre en direct sur LCI.

Live

#HULOT

Selon une feuille de route du ministère de la Transition écologique et solidaire consultée par Le Monde, Nicolas Hulot souhaite que la France vise "la neutralité carbone à l'horizon 2050". Cet objectif va au-delà de ceux retenus dans le cadre de la loi sur la transition énergétique, qui ont pour but de permettre à la France de remplir ses engagements contre le changement climatique : diminuer les gaz à effet de serre de 40% entre 1990 et 2030 et les diviser par quatre en 2050.

Le scrutin a lieu demain : comment est élu le président de l’Assemblée nationale ?

#LE MAIRE

VIDÉO - Retrouvez l'intervention du ministre de l'Economie Bruno Le Maire au journal de 20H de TF1 en intégralité :

#LE MAIRE

Quand sera alignée la taxation du diesel et de l'essence ? "Nous le ferons progressivement" a répondu le ministre. "Ca doit se faire sur le quinquennat." Bruno Le Maire a ensuite défendu cette mesure : "On ne le fait pas pour remplir les poches de l'Etat  mais tout simplement parce que le diesel émet des particules dangereuses pour notre santé et celle de nos enfants. Mais aucune hausse brutale sur le diesel. Une hausse progressive, juste, qui ne prendra personne de court."

#LE MAIRE

A propos de l'augmentation de la CSG, financée en partie par les retraites : "J'ai conscience de l'effort demandé aux retraités. Ceux qui ont une pension de retraite faible, sous les 1200 euros pour une personne seule et 1800 pour un couple, ne seront pas concernés par l'augmentation de la CSG. Mais je leur demande quel modèle ils veulent pour la société. Je leur dis 'Etes vous prêts à faire des efforts pour qu'à la fin du mois tout le monde puisse avoir un complèment de revenu'."

#LE MAIRE

"Nous pouvons faire bouger les lignes" au niveau européen, notamment en changeant la directive des travailleurs détachés, a dit le ministre, mais il estime que pour cela la France doit "retrouver sa crédibilité" et donc "respecter ses engagements européens".

#LE MAIRE

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, est invité du journal de 20H de TF1. 

Il a en premier lieu été interrogé sur la dette et les dépenses publiques : "Oui, à chaque fois on parle des déficits car depuis 20, 30 ans, la France est droguée aux dépenses publiques. Il faut réduire les dépenses publiques, c'est une question de souveraineté nationale, de liberté pour les Français. Nous ferons des propositions avec le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, pour faire des économies et respecter nos engagements européens."

#ROYAL

Ségolène Royal, ancienne ministre de l’Environnement, était l’invitée de Yves Calvi sur LCI. Elle s’est notamment exprimée sur le couac du jour entre Stéphane Travert et Nicolas Hulot. "Dans le domaine de l’environnement il ne faut jamais reculer parce que sinon tout se délite. Et surtout sur des combats qui ont été difficiles à tenir, difficiles à obtenir. (…) Je crois que Nicolas Hulot a très bien réagi."

#ROYAL

Ségolène Royal a déclaré qu'elle avait accepté de devenir ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique. 

#EN MARCHE

La République en marche aura son groupe au Sénat, a annoncé le sénateur de Côte d'Or François Patriat, ex-membre du Parti socialiste. L'ancien ministre de l'Agriculture tiendra un point presse ce mardi matin pour de plus amples informations. Le nombre de parlementaires du groupe (il en faut minimum 10 au Sénat) reste encore une inconnue.

#MÉLENCHON

Nota bene : la mise en examen est automatique dans les affaires de diffamation. Suite à sa convocation devant le juge ce lundi matin, le fondateur de la France insoumise a fait savoir qu'il n'utiliserait pas son immunité parlementaire.

#MÉLENCHON

Jean-Luc Mélenchon a été mis en examen à la suite d'une plainte en diffamation de la Société générale, dont il avait qualifié les dirigeants de "menteurs" il y a un an lors de la révélation du scandale des "Panama papers".  

5 choses à savoir sur Stéphane Travert, l'ancien frondeur devenu ministre et remis à sa place par Nicolas Hulot

#PARTI COMMUNISTE

Un groupe à l'Assemblée nationale malgré les mésententes avec la France insoumise, un possible changement de nom... les temps sont fastes pour le Parti communiste. Son patron Pierre Laurent a annoncé à la presse ce lundi que le deuxième plus vieux parti de France (après le Parti radical valoisien) allait "entamer un chantier de transformation profonde et rapide", à l'horizon 2018, avec la "naissance d'un nouveau parti". Dangereusement concurrencé par la France insoumise, le PCF entend "redevenir le parti des classes populaires" en se rapprochant des "quartiers populaires" dans ses activités et ses lieux de travail, et en favorisant l'émergence de responsables à la tête du parti issus de milieux plus modestes. L'accent est également mis sur la nécessité de donner une couleur plus participative et moins centralisée au parti.

#GOUVERNEMENT

L'initiative "Un livre pour les vacances" visant à promouvoir la lecture des CM2 pendant les vacances d'été a été lancée par le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer et des Comptes Publics Gérald Darmanin à Tourcoing. Ce dispositif offre aux élèves un livre regroupant des Fables de La Fontaine, et sera testé dans trois académies (Aix-Marseille, Nantes et Lille) avant une éventuelle généralisation à la rentrée 2018.

#RACHLINE #ESTROSI

Le sénateur-maire FN de Fréjus David Rachline, poursuivi en diffamation par le maire de Nice Christian Estrosi après l'avoir accusé d'avoir financé l'islamisme dans sa ville, a gagné lundi son procès au bénéfice de l'immunité parlementaire. Christian Estrosi avait demandé 10.000 euros de dommages et intérêt au frontiste. "Monsieur Rachline, de manière très courageuse, a entendu se retrancher derrière sa qualité de sénateur pour éviter d'avoir à se justifier sur la gravité des propos qu'il avait tenus" a déclaré l'avocat du maire de Nice, qui n'a pas exclu de faire appel.

#ASSEMBLÉE

#TRAVERT

LCI a contacté l'entourage de Stéphane Travert. Le ministre de l'Agriculture est "en tout point d'accord" avec le communiqué de Matignon et "il n'y a aucun couac" assure-t-on.

#NKM

Selon plusieurs médias, dont Le Monde, Nathalie Kosciusko-Morizet, battue aux législatives dans le 2e circonscription de Paris, ne briguera pas à nouveau la présidence du groupe Les Républicains au Conseil de Paris le 5 juillet. "C'est les priver du plaisir de la dézinguer", résume un élu auprès du Monde. NKM n'a cessé de subir des critiques au sein de la droite parisienne, au point de voir sa candidature aux législatives contestée par un candidat dissident.


Alors que circulait, pour la remplacer, le nom de Brigitte Kuster, maire du XVIIe et nouvellement élue députée LR de la 4e circonscription, celle ci a fait savoir qu'elle n'était pas candidate, appelant en outre à la désignation d'une personnalité incarnant "une nouvelle génération à la tête du groupe et une gestion plus collective et résolument orientée vers le terrain"

#MACRON

"La France ne reconnaîtra pas l'annexion de la Crimée" par la Russie, a réaffirmé avec fermeté lundi le président Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse avec son homologue ukrainien Petro Porochenko. "La France est attachée à la souveraineté de l'Ukraine dans ses frontières reconnues. "J'ai réaffirmé au président Porochenko ma volonté de poursuivre le processus de Minsk et d'obtenir avant le G20 un échange nourri dans le format Normandie" [qui inclut en plus de la France et de la Russie, l'Ukraine et l'Allemagne, ndlr]

#POMPILI

#ROYAL

Réaction à l'AFP de l'ex-ministre de l'Environnement Ségolène Royal à propos de la polémique autour des pesticides :  "C'est logique : les lobbies cherchent à remonter au créneau. Il ne faut pas lâcher ! Il faut donner le signal qu'aucune régression n'est possible sur quoi que ce soit. Sinon c'est une brèche ouverte. "Cela montre que les combats environnementaux sont difficiles".

#MACRON

"La France est attachée à la souveraineté de l'Ukraine dans ses frontières reconnues", a-t-il ajouté, au terme d'une rencontre d'une heure avec le président ukrainien.

#MACRON

"La France ne reconnaîtra pas l'annexion de la Crimée, il faut le répéter", vient de déclarer Emmanuel Macron dans une conférence de presse avec son homologue ukrainien, Petro Porochenko.

#RUGY

#ASSEMBLEE

Le député François de Rugy, soutien d'Emmanuel Macron, est candidat à la présidence de l'Assemblée nationale. Dans un message publié lundi, l'élu écologiste prône une Assemblée "plus démocratique, plus efficace et plus moderne". 


"Pour la première fois", dit-il, "la représentation nationale n'est le fruit des choix que d'une minorité des Français". "Il est indispensable de renforcer sa légitimité démocratique."

#PESTICIDES #PHILIPPE

URGENT - Dans un communiqué, le Premier ministre Edouard Philippe arbitre la polémique sur l'interdiction des pesticides tueurs d'abeille en faveur de Nicolas Hulot en indiquant que "le gouvernement a décidé de ne pas revenir sur les dispositions de la loi de 2016. Cet arbitrage a été pris à l'occasion d'une réunion tenue à Matignon le 21 juin dernier"


Le chef du gouvernement précise toutefois que "la Commission européenne ayant émis certaines observations sur la réglementation française afin de s'assurer de la conformité du droit français, un travail est en cours avec les autorités européennes"


Le gouvernement attend pour la fin de l'année les résultats d'une expertise confiée par le précédent exécutif à l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur les effets potentiels sur la santé humaine de ces "néonicotinoïdes"

#DUPONT-AIGNAN

Dans un communiqué, le député Nicolas Dupont-Aignan (DLF) estime que revenir sur l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes serait une décision "gravissime pour notre santé et l'environnement, sacrifiés au profit des lobbies et de l'intérêt privé"


"La cacophonie au sein du gouvernement est particulièrement inquiétante", juge aussi le souverainiste, appelant l'exécutif à "prendre une position claire" sur le sujet

#HULOT

Réaction de Nicolas Hulot sur les propos du ministre de l'Agriculture Stéphane Travert au sujet des pesticides tueurs d'abeilles : "Ma ligne est simple. Quand la santé est mise en cause, je ne veux faire aucune concession. On ne reviendra pas sur des acquis. Je suis aussi le garant de ce que mes prédécesseurs ont mis en place".


"Les arbitrages ont été faits, je vais en débattre" avec le ministre de l’Agriculture "cette semaine"

#PHILIPPOT

#PESTICIDES

#PESTICIDES #MAYA L'ABEILLE

#PESTICIDES

#AUBRY

Lille : Martine Aubry retire sa délégation à un adjoint pour son soutien à Emmanuel Macron

#PESTICIDES

Interdiction des pesticides tueurs d'abeilles : Hulot remporte son bras de fer avec Travert

#HULOT

#HAMON

Lundi matin sur France Inter, Benoît Hamon a donné quelques détails sur le mouvement politique qu'il compte lancer samedi lors d'un rassemblement à Paris, "une initiative totalement ouverte" : "Je voulais avoir un lieu très horizontal qui s'appuiera sur un site internet collaboratif. Je souhaite qu'il y ait le maximum d'initiatives citoyennes. On va s'organiser en comités locaux qui feront de la place à toutes les formes d'engagement sur les territoires"

#PESTICIDES

#LR

Guerre des chefs chez LR : face à Xavier Bertrand, Brice Hortefeux vole au secours de Laurent Wauquiez

#PESTICIDES

#PESTICIDES

#HORTEFEUX

"Nicolas Sarkozy est dégagé de toute préoccupation électorale. Il reste bien sûr attentif à tout ce qu'il se passe. La seule question qui le préoccupe, c'est d'espérer que des réformes soient engagées"

#HORTEFEUX

Sur l'immunité parlementaire : "L'immunité parlementaire n'empêche pas une poursuite, une condamnation. Il faut toujours laver plus blanc que blanc. L'immunité permet d'éviter que le pouvoir fasse pression sur le parlementaire"

#HORTEFEUX

Projet de loi contre le terrorisme : "Dans l'ensemble, cela va dans le bon sens. Certaines propositions mériteront d'être corrigées, améliorées. Voilà ce qu'est une opposition utile"

#HORTEFEUX

"Je n'ai pas compris les raisons pour lesquelles [les députés LR 'constructifs'] se sont séparés."


"Je partage l'analyse de Laurent Wauquiez lorsqu'il dit que notre famille doit dépasser ses divergences". "Il faut qu'on construise une opposition qui innove, qui propose, qui construise."


"Ceux qui disent aujourd'hui qu'ils votent la confiance au gouvernement signent un chèque en blanc. Je trouve cela curieux. L'attitude de ce gouvernement est de cultiver l'ambiguïté"

#HORTEFEUX

"Nous devons définir une ligne et nous engager dans la reconstruction d'une droite forte, populaire et sociale. A charge pour le futur président de notre famille politique de rassembler en intégrant tous les parcours"

#HORTEFEUX

"Laurent Wauquiez est l'un des deux candidats républicains qui a fait le meilleur score au premier tour des régionales"

#HORTEFEUX

Brice Hortefeux, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, est l'invité de LCI : "Une réflexion sur l'échec à une élection imperdable doit être conduite"


"Xavier Bertrand a été élu président de la région des Hauts-de-France, par le soutien des candidats socialistes de François Hollande. Laurent Wauquiez a été élu avec le soutien de la droite"

Infos précédentes

Après un week-end de précisions des positions (le PS a annoncé qu'il ne voterait pas la confiance, Richard Ferrand a été élu patron des députés de la REM, Marc Fesneau a été propulsé à la tête du MoDem), la semaine qui vient s'annonce remplie. 

Outre l'élection du président de l'Assemblée nationale ce mardi, à choisir entre François de Rugy, Sophie Errante ou Brigitte Bourguignon, le gouvernement verra tomber "ses" premiers chiffres du chômage (qu'il a prévu de ne pas commenter). Par ailleurs, l'autre rendez-vous de la semaine se tiendra ce mercredi, avec l'examen (et l'adoption) en Conseil des ministres de la loi d'habilitation à légiférer par ordonnances sur le code du travail, dans le cadre des négociations avec les syndicats et le patronat. Le lendemain, autre rendez-vous d'importance pour l'exécutif, avec la publication de l'audit des comptes publics de l'Etat effectué par la Cour des comptes. De quoi infléchir les politiques budgétaires envisagées.

Lire aussi

En attendant, ce lundi matin, Benoît Hamon sera l'invité de France Inter, à quelques jours du lancement de son mouvement du 1er juillet, le patron des Républicains constructifs Thierry Solère sera sur France 2 et Marc Fesneau sera sur France Info. LCI recevra quant à elle l'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent