Livre-réquisitoire contre Hollande : Duflot récolte une volée de bois vert

Politique
DirectLCI
RIPOSTE - "Pas digne", "peu élégant"... Les socialistes contre-attaquent vigoureusement après la publication des bonnes feuilles du livre de Cécile Duflot, "De l'intérieur, voyage au pays de la désillusion", dans lequel elle charge François Hollande et Manuel Valls. Les sorties choc de l'écologiste contre ses anciens partenaires de gouvernement secouent aussi les Journées d'été des Verts, qui se tiennent jusqu'à samedi à Bordeaux.

Haro sur Duflot ! Après la publication des bonnes feuilles du livre choc dans lequel l'ex-ministre écologiste raconte les coulisses de ses deux années au gouvernement et charge François Hollande, "le président de personne", la réponse des socialistes a été cinglante, jeudi, au micro des matinales ou sur les plateaux télé. "On ne s'exprime pas comme ça. Ce n'est pas digne d'une dirigeante d'un parti politique qui se veut être un parti de gouvernement", a ainsi dégainé Elizabeth Guigou sur France 2. "Sa posture est un manque de considération envers la fonction de ministre qu'elle a exercée, envers les Français et envers le gouvernement", a renchéri Najat Vallaud-Belkacem sur BFM-TV.

Une autre ancienne collègue, Fleur Pellerin, a été à peine plus tendre en jugeant la démarche de Cécile Duflot "assez peu élégante, alors qu'on approche d'échéances électorales". "Tout ça est très triste quand on a été ministre. On devrait d'abord faire sa propre introspection", a également lancé le secrétaire d'Etat Thierry Mandon sur Sud Radio. Le message de Manuel Valls, qui selon Le Canard enchaîné a demandé à ses troupes de "taper" sur l'ancienne patronne des Verts , semble avoir été reçu cinq sur cinq.

Elle revient à la charge dans
Le Monde

Cécile Duflot, en promo pour son livre à paraître le 25 août, fait le gros dos. "C'est mon devoir de sincérité, peut-être que certains n'ont pas l'habitude en politique", a-t-elle glissé à son arrivée aux Journées d'été des Verts, qui débutent ce jeudi à Bordeaux. Elle en remet même une couche dans Le Monde , où elle répond à l'interview accordée la veille par François Hollande au même quotidien. Selon elle, le Président "fait une erreur" en voulant maintenir son cap de sa politique économique : "Dire qu'on va 'aller plus vite et plus loin' dans la même direction, ça me fait penser aux personnages de Tex Avery quand ils courent au-dessus du vide."

La charge de Cécile Duflot contre ses anciens collègues - Manuel Valls, comparé à Nicolas Sarkozy, en prend aussi pour son grade dans le livre – provoque également des remous chez les Verts, où la décision de quitter le gouvernement continue de diviser. Le chef de file des sénateurs écologistes Jean-Vincent Placé, qui aurait souhaité le maintien de ministres Verts lors du remaniement, a déploré jeudi un "jugement extrêmement sévère" contre le chef de l'Etat, ajoutant qu'il fallait "évite(r) les stigmatisations, les procès d'intention" pour "aller vers l'unité". De quoi mettre l'ambiance aux journées d'été.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter