Loi "anti-jihad" : le vœu pieu de l'union nationale

Loi "anti-jihad" : le vœu pieu de l'union nationale

ISLAMISME – Bernard Cazeneuve, qui présente lundi son projet de loi antiterrorisme, espère recueillir le soutien des députés de tous bords. Mais l'opposition, sondée par metronews, est pour l'instant très réservée sur un texte qu'elle juge incomplet.

Jour J pour la loi "anti-jihad". Alors que les leaders occidentaux se réunissent lundi à Paris pour déterminer une stratégie globale dans la lutte contre l'Etat islamique , le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, présentera en même temps son projet de loi anti-terroriste devant les députés. Avec un objectif : mettre un terme à la fuite des Français partis s'engager au côté des intégristes en Irak et en Syrie.

La France fait en effet figure de mauvais élève en Europe. Selon Bernard Cazeneuve, interrogé dans le Journal du Dimanche , "930 ressortissants français ou étrangers sont aujourd'hui impliqués dans le jihad en Syrie et en Irak". Parmi ceux-ci, 350 seraient actuellement sur place , 180 en seraient repartis et 170 seraient en train de s'y rendre. Les 230 restants sont ceux qui ont "exprimé des velléités de départ". Pour mettre un terme à cette hémorragie, le projet de loi du ministre de l'Intérieur prévoit donc d'interdire à ces candidats à la guerre sainte de quitter le territoire, en leur confisquant si besoin leurs papiers d'identité. Le texte entend également renforcer les sanctions contre l'apologie du terrorisme, notamment sur Internet.

Le consensus, un vœu pieu ?

Face à un enjeu qui dépasse le clivage gauche / droite, Bernard Cazeneuve espère "un véritable consensus" dans les rangs des parlementaires. Ce vœu a pourtant toutes les chances de rester pieu. Dans les rangs de l'opposition, en effet, beaucoup estiment que le texte ne va pas assez loin dans la lutte contre les réseaux terroristes. C'est notamment le cas du député UMP Thierry Mariani. Selon lui, "c'est un projet de loi nécessaire, mais qui ne va pas assez loin". Ce qui manque avant tout, à son avis, c'est la question du retour en France des candidats au jihad. "En l'état, on ne peut apporter notre soutien à ce texte. Mais s'il va plus loin, nous pourrions accepter de le voter", explique-t-il à metronews .

C'est aussi l'avis de Jean-Christophe Lagarde, député UDI également contacté par metronews . "Se préoccuper du départ, c'est bien. Se préoccuper du retour, c'est mieux", martèle-t-il. "Ce sont ceux qui reviennent, les Merah, les Nemmouche, qui posent problème". Lui-même auteur d'une proposition de loi pour encadrer le retour des combattants en France , le député de Seine-Saint-Denis estime que pour être efficace, la loi devrait permettre à l'Etat de suspendre le retour en France de ces individus à une autorisation du ministère de l'Intérieur. "En l'état, le projet de M. Cazeneuve ne fait que la moitié du chemin. Intégrer au texte un volet sur le contrôle des ressortissants rentrant en France est une condition sine qua non pour que j'y apporte mon vote."

LIRE AUSSI >> Peut-on déchoir quelqu'un de sa nationalité ?

Et dans les rangs du Front national, on considère que le projet de loi de Bernard Cazeneuve ne va pas assez loin. Pour Gilbert Collard, l'un des deux députés frontistes de l'Assemblée nationale, l'arsenal législatif risque de permettre aux condamnés d'échapper à la prison. La réforme pénale de Christiane Taubira, adoptée cet été, prévoit en effet que les délits passibles d'une peine de cinq ans de prison ou moins puissent être purgés en "milieu ouvert", c'est-à-dire en dehors du milieu carcéral. L'avocat craint donc que beaucoup de condamnations à l'encontre des jihadistes et de ceux qui en font l'apologie ne débouchent sur aucune sanction. "Avec la loi Taubira, les individus qui poussent au jihad ne risqueront rien, sinon une petite remontrance. C'est vraiment se moquer du monde ! A quoi cela servira-t-il ?", se lamente-t-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Portugal-France : les Bleus qualifiés, ils affronteront la Suisse en 8e de finale

Impôt sur les successions, retraite à points, tarification du carbone... Les propositions phares du rapport remis à Macron pour l'après-Covid

Covid-19 : que sait-on du nouveau variant Delta Plus découvert en Inde ?

Explosion du variant Delta malgré une vaccination massive : que nous disent les chiffres au Royaume-Uni ?

Logement : l'enfant fiscalement détaché ne compte plus pour le calcul d’un loyer HLM

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.