Myriam El Khomri confie son seul "regret" sur la loi Travail

Myriam El Khomri confie son seul "regret" sur la loi Travail
Politique

Toute L'info sur

Loi Travail

REGRETS - En déplacement dans trois villes de France cette semaine, Myriam El Khomri s'est laissé aller à quelques confessions, lors de ces déplacements. Elle est revenue sur la loi qui porte son nom avec quelques regrets.

N'est-il pas un peu tard pour avoir des regrets sur le sujet ? Alors que le gouvernement Hollande entame le sprint final de son quinquennat, certains ministres font leurs derniers déplacements en France, histoire de vendre le bilan du chef de l'Etat. Et c'est dans trois villes différentes, Montpellier, Toulouse et Nantes, que Myriam El Khomri a effectué sa dernière escapade ministéruelle, revenant sur le texte controversé qui porte son nom. 

Je regrette une chose : le licenciement économique était en trop dans ma loi ! - Myriam El Khomri, ministre du travail

Dans ce déplacement, raconté dans les colonnes du Parisien, on apprend en effet que la ministre du Travail assume tout ce qu'il s'est passé durant les vingt mois qui ont fait d'elle la locataire de la rue de Grenelle, même la fameuse loi Travail qui porte son nom. "On ne fait pas de politique pour plaire. Heureusement d'ailleurs", dit-elle. Pour le coup, sa loi n'a pas plu à de certains français que l'on a vu, nombreux, défiler dans les rues de France mais la ministre n'émet que peu de regrets la concernant. "Je regrette une chose : le licenciement économique était en trop dans ma loi ! Mais j'ai toujours joué collectif : la loyauté, c'est mon école politique", confesse-t-elle. 

Des dispositions entrées en vigueur en décembre dernier. Désormais, la loi protège les employeurs lorsqu’ils licencient des salariés selon deux nouveaux motifs : une réorganisation de l’entreprise nécessaire à sa compétitivité et une baisse de commandes ou de son chiffre d’affaires sur une durée définie en fonction de sa taille. 

Quant au candidat PS à la présidentielle, Benoît Hamon, le soutiendra-t-elle ? Rien n'est moins sûr : "Il veut abroger ma loi", dit-elle. Une réponse laconique qui laisse peu de place au doute.

Lire aussi

En vidéo

Loi El Khomri : le référendum pour contourner les syndicats

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent