Loi Travail : qu'a dit Manuel Valls aux syndicats lorsqu'il les a appelés ?

Loi Travail : qu'a dit Manuel Valls aux syndicats lorsqu'il les a appelés ?

CONVERSATIONS - Le Premier ministre s'est entretenu avec les syndicats opposés à la loi Travail le week-end dernier, alors qu'une intensification des actions est prévue cette semaine. Contacté par Metronews, Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière (FO), nous a dévoilé la teneur de cet entretien.

Alors que la mobilisation nationale contre la loi Travail promet de s’intensifier cette semaine, Manuel Valls a fini par décrocher son téléphone. Le week end dernier, le Premier ministre s’est entretenu avec les syndicats comme l’avait annoncé Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, sur le plateau de BFMTV. Si, à première vue, le geste de Manuel Valls laisse à penser que de nouvelles négociations pourraient s’ouvrir, il n’en est rien.

Contacté par Metronews, Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière (FO), a confirmé avoir discuté avec le Premier ministre, ce dernier l’ayant appelé pour réaffirmer sa position : "Je ne bougerai pas, a-t-il insisté. Je n’ai pas l’intention de modifier quoi que ce soit dans ce projet de loi. Si des ajustements doivent être apportés, cela pourra être envisagé en juillet au Parlement". "C’est donc un entretien plutôt négatif. Manuel Valls est rigide et fermé au dialogue", note le leader de FO.

La présidentielle avant tout ?

Selon lui, l'hôte de Matignon "est davantage dans une logique politicienne à l’approche de la présidentielle de 2017, que dans l’analyse du texte. C’est la perspective de la période qui l’emporte, cela ne concerne plus le projet de loi", déplore Jean-Christophe Mailly. "J’ai demandé au Premier ministre qui à part lui et la CFDT étaient favorables à la loi Travail dans son intégralité". En outre, poursuit-il, "le Premier ministre est responsable de ce qui va se passer".

Les syndicats ont appelé à une journée de mobilisation nationale à Paris le 14 juin, soit quatre jours après l’ouverture de l’Euro. "Aucun match n’est prévu ce jour", stipule Jean-Claude Mailly. "L’objet de cette action n’est pas d’empêcher les gens d’assister aux matchs, mais de ne pas délaisser un problème social au profit du football".

Invité du Grand Jury sur RTL/Le Figaro/ LCI le 29 mai,  Jean-Christophe Cambadélis a assuré qu’il n’y aurait aucune grève de trains ou de métros  les jours de matchs. Pour Jean-Claude Mailly, le premier secrétaire PS "n’est pas à la tête d’un syndicat" et donc pas en mesure de faire une telle promesse. En somme, "Jean-Christophe Cambadélis n’en sait rien".

A LIRE AUSSI 
>>  Loi Travail : Hollande déplore les violences mais affirme qu'il ne "cédera pas"
>>  Des raffineries bloquées contre la loi Travail, le carburant rare dans l'ouest et le nord >>  Loi travail : un jeune homme blessé par une grenade de la police placé en sédation profonde
>> 
Vidéo de violences policières à Toulouse : une enquête administrative est en cours
>> 
Loi Travail : quel est cet article 2 qui sème la pagaille au gouvernement ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Zemmour multiplie les attaques contre Le Pen, qui réplique

Présidentielle 2022 : sur LCI, Marine Le Pen dénonce la "division" et les "propos outranciers" d'Éric Zemmour

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points

Éric Zemmour : immigration, retraite, natalité... ses arguments passés au crible

REVIVEZ - OM-PSG : malgré deux buts refusés et un carton rouge, Marseille et Paris se quittent dos à dos dans ce "Classique"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.