L’ombre de Martine Aubry sur le congrès du PS

Politique

POLITIQUE – Discrète depuis son arrivée au congrès du Parti socialiste, à Poitiers, la maire de Lille est pourtant au coeur de nombreuses discussions, y compris ce samedi.

Parlera, parlera pas ? Depuis le début du congrès du PS, la question d’ une prise de parole de Martine Aubry, l’ex-Première secrétaire du parti, ce samedi après-midi taraude les congressistes, tout autant que les journalistes.

Car depuis son arrivée la veille, l’actuelle maire de Lille – signataire de la motion A , majoritaire – joue la carte de la discrétion avec les médias ; samedi, peu avant le discours attendu de Manuels Valls, celle-ci fut laconique devant les caméras, assurant que "les petites histoires" ça n’a jamais été "son truc" : "Nous sommes réunis, ça ne plaît pas aux journalistes, mais si vous voulez du match, regardez la finale de Roland-Garros !" a-t-elle lancé.

A LIRE AUSSI
>> A Poitiers, Valls tente de rassembler jusqu'aux frondeurs (sans succès)
>> Au Congrès PS, Valls multiplie les scuds envers Sarkozy

Dans son entourage pourtant, on souffle le chaud et le froid sur cette intervention. Certains évoquent une prise de parole quasi sûre samedi après-midi, au milieu des nombreux intervenants, d’autres démentent : "il n’a jamais été question qu’elle prenne la parole [...] Elle ne va pas jouer la Première secrétaire", tonne un de ses proches, qui loue "le respect qu’elle a".

Discrète, mais présente

A Poitiers, beaucoup redoutaient que Martine Aubry donne de la voix durant ce rendez-vous, où l’unité et le rassemblement étaient loués. Libération évoquait même une "implosion". En cause : des tensions dans la fédération PS du Nord, son point d’ancrage, où elle est mise en difficulté. Pour résumer, un proche de la maire de Lille est candidat à sa réélection au poste de premier secrétaire dans la fédération nordiste ; face à lui, une candidature qui ne passe pas, encouragée par Patrick Kanner , ministre de la Ville et proche de Manuel Valls et de François Hollande, rapporte Le Monde .

En outre, la maire de Lille réclame également un certain nombre de postes au bureau national du PS, le parlement du parti, d’après les informations du Monde , ce qui devrait être décidé, et tranché, dans la nuit de samedi à dimanche à l’issue des réunions des différentes motions. Enfin, autre sujet : le choix des mots de "l’adresse au peuple de France", un texte rédigé notamment par Jean-Christophe Cambadélis qui doit ainsi clore le congrès. Côté aubryste, on veut que le texte soit ensuite signé par tout le monde, motion B incluse, ce qui n'est pas encore gagné . Là encore, les négociations sont en cours. Au congrès du PS, Martine Aubry parle donc peu, mais tout le monde parle d’elle. Un de ses proches acquiesce, visiblement ravi : "C’est tout à fait ça".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter