Départ de Macron : les déçus du remaniement, et celle qui a dit non à Valls

Le départ d'Emmanuel Macron du gouvernement a suscité l'envie de nombreux socialistes qui se sont mis à rêver d'une entrée au gouvernement. Mais Manuel Valls en a décidé autrement.


Qui aurait cru qu'à quelques mois des scrutins présidentiel et législatif, rendez-vous qui s’annoncent particulièrement difficile pour l’exécutif sortant, on se bouscule pour entrer au gouvernement ? Pourtant, le départ d’Emmanuel Macron a provoqué une véritable course au portefeuille ministériel chez les socialistes. 


Parmi les aspirants : Bruno Leroux, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Didier Guillaume, son homologue au Sénat, Frédéric Cuvillier, député et ancien ministre ou encore Sébastien Denaja, un proche de Ségolène Royal.  



Ecartée de manière brutale du gouvernement en février, une ancienne ministre est restée sourde à l'appel de Valls

Mais Manuel Valls aurait douché les espoirs de tous ces prétendants, en réglant au passage ses comptes avec ceux qui auraient exprimé un peu trop fort leur désaccord par le passé et en récompensant les plus loyaux. 


Appréciée par le Premier ministre, Axelle Lemaire a finalement tiré son épingle du jeu en récupérant l’innovation en plus du numérique. 


Le Premier ministre a tout de même essuyé lui aussi une désillusion : Fleur Pellerin, écartée de manière brutale du gouvernement en février 2016 est restée sourde à son appel. L’ancienne ministre de la Culture a refusé de revenir, expliquant vouloir se consacrer uniquement à la société qu’elle vient de créer pour accompagner les investissements coréens en France. 


Tout savoir sur

Tout savoir sur

La démission de Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter