L'UMP aurait réglé 24 000 euros de billets d'avion pour la femme de Copé

L'UMP aurait réglé 24 000 euros de billets d'avion pour la femme de Copé
Politique

AUDIT – L'UMP aurait pris en charge les coûteux déplacements en avions de l'épouse de l'ex président du parti, selon des révélations du JDD sur l'audit des comptes du parti.

Nouvelle semaine mouvementée en vue à l'UMP. Alors que l'audit des comptes du parti – confié à un cabinet indépendant par le trio Juppé-Fillon-Raffarin – doit être rendu lundi à son secrétaire général Luc Chatel, le Journal du dimanche révèle quelques-unes des "surprises" rencontrées par les auditeurs.

Ceux-ci se sont notamment penchés sur "le train de vie de la maison Copé" et rapportent que Jean-François Copé, qui a quitté la présidence du parti le 15 juin, aurait dépensé l'an dernier près de 27 000 euros pour ses déplacements en avion. Plus surprenant, l'UMP aurait aussi réglé les billets d'avion de son épouse, Nadia Copé, à hauteur de 24 000 euros en 2013.

Miss UMP

"Au début de la présidence Copé, on avait fait prendre en charge les billets d'avion de Mme Copé par Génération France (le micro-parti de Jean-François Copé, ndrl), et après, Jérôme Lavrilleux avait dit qu'il s'en occupait ; apparemment c'est le parti qui a payé", confie au JDD une "source haut placé".

Ces coûteux déplacements de Nadia Copé, les proches de l'ex-patron du parti les assument. L'un d'eux, cité par l'AFP, évoque son "rôle de représentation" : "Mme Copé se déplaçait dans des visites officielles, en application de la doctrine mise en place par les prédécesseurs". Contactés par metronews, plusieurs cadres du parti proches de Jean-François Copé n'ont pas donné suite.

80 millions d'euros de dette

Les auditeurs pointent aussi les salaires de certains cadres du parti, toujours selon le JDD. Avec, dans le viseur, les 8500 euros bruts (6200 euros nets) perçus par Geoffroy Didier au titre de "collaborateur" de Brice Hortefeux, autre ténor du parti.

La dette de l'UMP s'élèverait, elle, à près de 80 millions d'euros. "Au total, donc, en septembre 2013, la dette réelle était déjà de 78,7 millions d'euros. Un chiffre sur lequel Copé n'a jamais communiqué", écrit le journal. Des "informations erronées ou partielles qui s'apparentent à une chasse aux sorcières", estime un cadre du parti de droite cité par l'AFP. Les discussions risquent d'être houleuse mardi au bureau politique de l'UMP, où l'audit des comptes sera présenté.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent