Macron veut une nouvelle stratégie pour "que les enfants qui sont pauvres ne soient pas les pauvres de demain"

DirectLCI
SOCIAL - Le président de la République lance ce mardi une concertation en vue de définir une nouvelle stratégie de lutte contre la pauvreté afin "d’investir socialement pour que les enfants qui sont pauvres ne soient pas les pauvres de demain".

Il refuse l’étiquette du "président des riches" et espère démontrer que sa politique vise également à aider les plus démunis. Ce mardi, Emmanuel Macron a lancé une concertation sur une nouvelle politique de lutte contre la pauvreté. Le choix de la date ne doit rien au hasard : ce 17 octobre est la 30e journée mondiale du refus de la misère.


Avec pour objectif "l'égalité des chances" pour les enfants de tous milieux, le chef de l'Etat veut cibler ses efforts de lutte contre la pauvreté spécifiquement sur l'enfance et la jeunesse, dans une approche nouvelle qui privilégie la "prévention" et l'"investissement social", et non la seule "gestion d'un dispositif" d'aide. 

Le gouvernement veut élaborer une stratégie vers mars-avril avec entre-temps la nomination d'un(e) délégué(e) interministériel(le) pour la piloter. Elle sera accompagnée d'un plan d'action, voire de mesures législatives et de nouveaux moyens si nécessaires. "Il nous faut investir socialement pour que les enfants qui sont pauvres ne soient pas les pauvres de demain", a souligné ce mardi la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, chargée de mettre en œuvre la stratégie gouvernementale sur la pauvreté.

Entouré d’Agnès Buzyn, de Muriel Pénicaud, ministre du Travail, de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et de Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, Emmanuel Macron recevait à déjeuner à l’Élysée ce mardi les principales associations de lutte contre la pauvreté, ainsi que des entreprises, des chercheurs et des experts, devant lesquels il a prononcé une allocution à huis clos pour lancer la concertation sur sa stratégie. 


Il s'est ensuite rendu à Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine, pour visiter une crèche engagée dans la mixité sociale qui utilise les méthodes Montessori. Une manière de souligner l’accent sur l’importance de la lutte contre la pauvreté dès la plus jeune enfance, selon l’Élysée.


Le taux de pauvreté moyen en France est d'un peu plus de 14%, plutôt élevé mais dans la moyenne des pays de l'UE. Mais il atteint près de 20% chez les enfants et les jeunes (3 millions d'enfants, soit un enfant sur 5, vit dans une famille sous le seuil de pauvreté).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter