Macron à Orléans : c'est quoi les fêtes johanniques, si prisées des politiques ?

Macron à Orléans : c'est quoi les fêtes johanniques, si prisées des politiques ?

Politique
DirectLCI
8 MAI - Chaque année, Orléans célèbre les fêtes de Jeanne d'Arc, pour honorer celle qui a libéré la ville de l'envahisseur anglais. Le rendez-vous est souvent présidé par une personnalité politique, de droite comme de gauche.

Emmanuel Macron ne manque pas d'occuper l'espace médiatique. Le ministre de l'Economie préside ce dimanche les fêtes de Jeanne d'Arc à Orléans, sur invitation du maire Les Républicains de la ville, Olivier Carré. Le ministre entend rattacher la sainte catholique à l'idéal républicain.

"La volonté du ministre, c’est de renouer avec le discours républicain face à l’extrême droite qui s’est appropriée l’image de Jeanne d’Arc", explique l'entourage du ministre. "La figure de Jeanne d’Arc, personne ne peut se l’approprier", précise-t-on encore, alors que la "pucelle d'Orléans" est bien souvent associée aux milieux d'extrême droite. 

Célébrer la libération de la ville
Les fêtes johanniques célèbrent la libération de la ville d’Orléans par Jeanne d'Arc, après sept mois de siège des Anglais. Depuis 1429, la ville rend hommage à la jeune commandante tous les 8 mai. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues, pour rendre hommage à celle que l'on surnomme "la Pucelle", brûlée vive en 1431 à Rouen. Au menu des festivités pour le ministre de l'Economie : hommage militaire, défilé commémoratif et discours. 

Un événement prisé des présidents
A Orléans, les fêtes johanniques sont surtout l'apanage des présidents de la République. Charles de Gaulle, François Mitterrand, Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac sont venus au moins une fois célébrer Jeanne d'Arc à Orléans. Jacques Chirac est le dernier chef d'Etat à avoir fait le déplacement, en 1996. Traditionnellement, le président en exercice vient le 8 mai l'année suivante son élection. Nicolas Sarkozy avait annulé sa venue en 2008 et François Hollande décliné l'invitation en 2013.

Outre les présidents, de nombreuses personnalités politiques ont défilé à Orléans : Bernard Kouchner, Jean-Louis Debré, Rachida Dati, mais aussi des personnalités sportives comme David Douillet ou journalistiques tels que Patrick Poivre d'Arvor, Audray Pulvar et Stéphane Bern.

Jeanne d'Arc, figure historique ou politique ?
Figure religieuse et symbole du nationalisme face à l'envahisseur anglais, Jeanne d'Arc est devenue une icône très identifiée de l'extrême-droite. Elle fait l'objet d'un culte particulièrement suivi dans divers mouvements politiques et notamment chez les souverainistes et les partisans du Front national. Ces derniers ont contribué à la médiatisation des célébrations johanniques en en faisant un point de ralliement politique, lors de leur traditionnel défilé du 1er mai à Paris – où le parti était scindé en deux cette année 

Si le Front national a récupéré la figure johannique, à Orléans, les fêtes de Jeanne d'Arc sont surtout celles de la ville et rassemblent, outre les autorités religieuses, toutes les tendances politiques. Mais cette année est marquée par un appel au boycott de parlementaires de la droite, mécontents de la présence d'Emmanuel Macron. Bien qu’historique, la figure de Jeanne d'Arc est aujourd'hui récupérée par tous les partis politiques et les autorités de la République. 

EN SAVOIR + 
>>
"Jeanne d'Arc est une figure polymorphe"
>> 
Jeanne d'Arc écartelée entre Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter