Que va faire Emmanuel Macron sur le porte-avion Charles-de-Gaulle ?

Politique
ARMÉE - Emmanuel Macron se rend ce mercredi après-midi sur le porte-avion Charles de Gaulle, où il passera la nuit. Il rencontrera l'équipage et les pilotes qui s'apprêtent à repartir en mission après dix-huit mois d'arrêt, mais donnera également un entretien au JT de 20H de TF1, où il abordera les sujets de défense et devrait revenir sur la grogne des gilets jaunes.

Pour la première fois de son quinquennat, Emmanuel Macron se rend ce mercredi 14 novembre sur le porte-avion Charles-de-Gaulle. Et pour la première fois, un président de la Ve République passera la nuit sur le bâtiment de guerre. Le chef de l'Etat est attendu aux alentours de 16h15 sur le bateau mouillant au large de Toulon. Le Charles-de-Gaulle est actuellement en phase d'entraînement après être sorti mi-septembre du chantier où il a bénéficié d'une rénovation durant 18 mois. 


Les travaux ont permis de moderniser les conditions d'appontage, de remplacer le combustible de ses deux réacteurs nucléaires et de renouveler le système de radars pour en faire un navire 2.0. Le Charles-de-Gaulle prendra du service en 2019 dans l'océan indien, et cette deuxième vie devrait le mener jusqu'à son retrait du service actif, autour de 2038.

Un nouveau porte-avion en 2040 ?

C'est d'ailleurs l'un des sujets que devrait aborder le chef de l'Etat dans son entretien accordé à Gilles Bouleau pour le 20H de TF1 depuis le navire : le lancement du programme de son successeur dont la phase d'étude doit durer 18 mois. La décision de la construction ou non d'un second porte-avion français, qui serait mis en service entre 2035 et 2039, est attendue en 2020. Sachant qu'il faut environ 15 ans pour construire un navire de cette envergure (261,5 mètres de long pour le Charles-de-Gaulle), le début du chantier pourrait intervenir dès 2021 en cas d'avis favorable du gouvernement.


Selon l'Elysée, un porte-avion est un "instrument essentiel de projection de puissance". Ce sujet devrait donc permettre à Emmanuel Macron d'aborder celui de la défense européenne renforcée qu'il appelle de ses vœux. Le président de la République souhaite en effet une défense européenne plus "autonome" vis-à-vis des Etats-Unis, ce qui lui a valu une salve de tweets virulents du président américain Donald Trump sur ce dossier.

Un bilan après dix-huit mois à l'Elysée

Enfin, Gilles Bouleau a expliqué qu'il poserait au chef de l'Etat des questions sur "le pouvoir d'achat, la hausse continue des taxes sur les carburants, cette grogne que l'on sent monter, incarnée notamment par les gilets jaunes". Le président reviendra sûrement sur les mesures annoncées ce mercredi matin par le Premier ministre Edouard Philippe pour tenter de calmer le mouvement de protestation. Il devrait réaffirmer son souhait de ne pas voir les gilets jaunes bloquer le pays ce samedi 17 novembre. Aussi, Gilles Bouleau a annoncé qu'il "poserai(t) également des questions au chef de l’Etat sur son bilan, le premier bilan après dix-huit mois à l’Elysée".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter