Macron : "Nous serons intraitables face au racisme", mais "nous n'effacerons aucune trace de notre histoire"

Macron : "Nous serons intraitables face au racisme", mais "nous n'effacerons aucune trace de notre histoire"
Politique

MISE AU POINT - Emmanuel Macron a assuré ce dimanche soir lors de son allocution que la France serait "intraitable" face au racisme, mais qu'elle n'effacerait aucune "trace ni aucun nom de son histoire". Le chef de l'Etat a également apporté son soutien aux forces de l'ordre, qui "méritent la reconnaissance de la nation".

La parole du président de la République sur le racisme et les violences policières était très attendue. Emmanuel Macron est sorti du silence ce dimanche soir, lors de son allocution télévisée. "L’indépendance de la France pour vivre mieux exige aussi notre unité autour de la République. Je nous vois nous diviser pour tout, et parfois perdre le sens de notre histoire. Nous unir autour du patriotisme républicain est une nécessité", a débuté le chef de l'Etat à ce sujet.

Emmanuel Macron a ensuite reconnu que le racisme existait en France. "Nous sommes une nation où chacun, quelles que soient ses origines, sa religion, doit trouver sa place. Est-ce vrai partout et pour tout le monde ? Non", a-t-il admis. "Notre combat doit donc se poursuivre, s’intensifier, pour permettre d’obtenir les diplômes, les emplois qui correspondent au talent, au mérite de chacun. Et lutter contre le fait que le nom, l’adresse, la couleur de peau réduit encore trop souvent dans notre pays les chances que chacun doit avoir. Nous serons intraitables face au racisme, à l’antisémitisme, aux discriminations", a-t-il poursuivi, ajoutant que "de nouvelles décisions fortes pour l'égalité des chances seront prises."

Lire aussi

"La République ne déboulonnera pas de statue"

Le président de la République a ensuite mis en garde contre les dérives de ce combat. "Ce combat noble est dévoyé lorsqu’il se transforme en communautarisme, en réécriture haineuse ou fausse du passé. Ce combat est inacceptable lorsqu’il est récupéré par les séparatistes. Je vous le dis très clairement ce soir : la République n’effacera aucune trace ni aucun nom de son histoire. Elle n’oubliera aucune de ses œuvres, elle ne déboulonnera pas de statue. Nous devons plutôt lucidement regarder ensemble toute notre histoire, toutes nos mémoires." Selon lui, il est urgent de revoir "notre rapport à l'Afrique", pour envisager en avenir serein entre les deux rives de la Méditerranée.

Enfin, le chef de l'Etat a apporté son soutien aux forces de l'ordre, sous le feu des critiques. "Nous ne bâtirons pas davantage notre avenir dans le désordre. Sans ordre républicain, il n’y a ni sécurité ni liberté. Cet ordre, ce sont les policiers et les gendarmes qui l’assurent. Ils sont exposés à des risques quotidiens en notre nom. C’est pourquoi ils méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la nation." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent