"Haut et très haut débit" pour tous "dès 2020" : la nouvelle promesse d'Emmanuel Macron cache un renoncement

Politique

Toute L'info sur

La présidence Macron

INTERNET - Emmanuel Macron a annoncé lundi "une couverture en haut et très haut débit" de toute la France d'ici à 2020, et "non plus 2022". Derrière cette "accélération" se cache en réalité un objectif beaucoup moins ambitieux, car il ne s'agit plus d'équiper toute la France en très haut débit.

C'est à la fois une promesse et un renoncement. Lundi, devant la Conférence nationale des territoires, réunie au Sénat, Emmanuel Macron a promis de couvrir toute la France "en haut et très haut débit" d'ici à 2020, et "non plus 2022". Le précédent objectif - celui du "plan France très haut débit" - était de raccorder toute la France au très haut débit uniquement, d'ici à 2022.

"Je me suis engagé à la couverture intégrale pour tous les Français en très haut débit, a déclaré le chef de l'Etat. Je souhaite encore accélérer ce calendrier, afin de parvenir à une couverture en haut et très haut débit d'ici la fin de l'année 2020." Dans sa déclaration, Emmanuel Macron parle donc à la fois de haut et de très haut débit. La différence entre les deux est pourtant de taille.

Une "accélération", mais aussi des objectifs beaucoup moins ambitieux

Selon l'Arcep, le "gendarme des télécoms", le très haut débit commence à partir de 30 mégabits par seconde. Le "haut débit" est situé pour sa part entre 512 kilobits et 30 mégabits par seconde. Concrètement, avec 512 kilobits/seconde, télécharger un film prend 3 heures. Avec 30 mégabits/secondes, 3 minutes suffisent. Ce qui est présenté comme une simple "accélération" s'accompagne donc en réalité d'un abaissement des objectifs. Il s'agit désormais de couvrir en haut débit seulement les zones qui coûtent le plus cher à être couvertes en très haut débit.

Pourtant, avant son élection, le 28 avril, Emmanuel Macron affirmait que "l'ensemble du territoire" serait couvert "en très haut débit", comme l'annonçait ce tweet. 

En revanche, Emmanuel Macron envisageait déjà de ne pas couvrir toute la France avec la fibre optique. Lundi, le chef de l'État jugeait "impossible de tenir la promesse de tirer de la fibre dans tous les logements de la République" et estime que cet objectif est "intenable technologiquement et financièrement". Désormais, l'internet mobile ou par satellite viendront seconder la fibre pour les zones les moins bien équipées.

Devant les élus locaux, Emmanuel Macron explique, pour justifier ce nouveau calendrier, que "si je vous dit 2022, je ne suis pas sûr que je serai en situation parfaite de pouvoir en répondre. Si je vous dit fin 2020, je sais que j'aurais encore 2021 pour pouvoir rattraper les retards."

Ce nouveau calendrier semble en tout cas beaucoup plus facile à tenir que l'ancien, car la quasi intégralité des foyers français ont déjà accès au haut débit. En revanche, seul 1 foyer sur 2 a accès au très haut débit. Contacté par LCI, le ministère de la Cohésion des territoires n'avait pas réagi avant la publication de cet article.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter