Emmanuel Macron réunit policiers et gendarmes pour parler sécurité

Emmanuel Macron réunit policiers et gendarmes pour parler sécurité

ETAT D'URGENCE - Ce mercredi à 15h, Emmanuel Macron prononcera un discours face aux forces de l'ordre. Une prise de parole très attendue, puisqu'il s'agit de la première prise de parole présidentielle uniquement consacrée à la sécurité.

Sous les dorures du palais de l'Elysée, Emmanuel Macron prononcera, ce mercredi, un discours "fondateur" sur la politique de sécurité face aux représentants des forces de l'ordre. 

Au total, pas moins de 500 personnes devraient être présente (directeurs départementaux de la police, commandants de groupement de gendarmerie, préfets et principaux cadres du ministère de l'Intérieur). Trois ministres, ceux de l'Intérieur, de la Justice et de la Défense, écouteront également le président déclarer "ce qu'il attend" des forces de sécurité durant son quinquennat.

Un tel rassemblement de l'ensemble des représentants du secteur à l'Elysée n'a jusqu'à présent été organisé qu'une seule fois, au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Il aura lieu un peu plus d'un an après l'attaque de Viry-Châtillon (Essonne) dans laquelle deux policiers avaient été grièvement blessés, déclenchant un mouvement de fronde inédite dans la police.

Police de proximité et task-force

Emmanuel Macron, qui avait annulé un discours sur la sécurité qu'il devait prononcer à Lyon le 29 septembre, a choisi de s'exprimer une semaine après l'adoption par l'Assemblée du projet de loi antiterroriste qui doit prendre le relais de l'état d'urgence au 1er novembre.

Face à une menace terroriste qui reste élevée, il ne devrait pas annoncer de nouvelles mesures mais revenir sur la création de la "task-force" - le nouvel instrument de pilotage du renseignement de l'Elysée - pour mieux insister sur l'indispensable coopération entre les services pour éviter de nouveaux attentats. 

En vidéo

Mots, gestuelle, décor… : le grand oral d’Emmanuel Macron passé à la loupe

Il est aussi très attendu sur la police de sécurité quotidienne (PSQ), l'une de ses principales promesses de campagne dans le domaine de la sécurité. Pour l'heure, ses contours restent très flous, mais ses promoteurs insistent sur le fait qu'il ne s'agit pas de rétablir la police de proximité, symbole de la politique sécuritaire de Lionel Jospin, brutalement supprimée par Nicolas Sarkozy.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la quarantaine obligatoire pour entrer en France étendue à sept nouveaux pays

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

EN DIRECT - Procès Lelandais : "J'ai dit ce qui s'est passé", conclut l'ancien maître-chien

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.