Macron salue "le grand soldat" qu'a été le maréchal Pétain pendant la Première Guerre mondiale, malgré ses "choix funestes" en 39-45

Politique
HOMMAGE POLÉMIQUE ? - A Charleville-Mézières ce mardi, le chef de l'Etat est revenu sur l'hommage qui sera rendu samedi 10 novembre à des chefs militaires de la Grande Guerre, dont le maréchal Pétain. "On peut avoir été un grand soldat à la Première Guerre mondiale et avoir conduit à des choix funestes pendant la Deuxième", estime le chef de l'Etat. Une déclaration vivement critiquée par Ian Brossat (PCF) sur LCI.

Emmanuel Macron juge "légitime" l'hommage qui sera rendu en fin de semaine aux maréchaux de la Première Guerre mondiale, incluant le maréchal Pétain. Cette cérémonie en l'honneur de huit maréchaux qui ont œuvré pour la victoire de la France sera organisée par l'état-major des armées et le gouverneur militaire de Paris, et aura lieu samedi 10 novembre aux Invalides, où cinq d'entre eux sont inhumés. "Je ne fais aucun raccourci mais je n’occulte aucune page de l’histoire. Et le maréchal Pétain a été, pendant la Première Guerre mondiale, aussi un grand soldat. Voilà, c’est une réalité de notre pays", a déclaré le président de la République ce mardi 7 novembre près de la préfecture des Ardennes, où il devait participer au Conseil des ministres. 

"C’est aussi ce qui fait que la vie politique, comme l’humaine nature, sont parfois plus complexes que ce qu’on voudrait croire. On peut avoir été un grand soldat à la Première Guerre mondiale et avoir conduit à des choix funestes pendant la Deuxième" a ajouté le chef de l'Etat.

J'ai toujours regardé l'histoire de notre pays en face."Emmanuel Macron

"J’ai toujours regardé l’histoire de notre pays en face. Je me suis toujours opposé aux idées, au défaitisme français lorsqu’il a pu exister, à la complaisance avec toute idéologie. Vous ne pouvez pas me reprocher à moi d’être ambigu sur ce point ; j’ai toujours été absolu dans ce combat. Mais je reconnais aussi la part que les maréchaux ont joué avec notre armée dans la victoire française."

En vidéo

Hommage à Pétain : "Une faute politique majeure" selon Ian Brossat

Une précision qui n'aura pas empêché de vives critiques. Sur LCI, Ian Brossat, adjoint (PCF) à la mairie de Paris, dénonce une faute politique majeure" :"Je trouve invraisemblable que le président de la République puisse ainsi tenter de réhabiliter le maréchal Pétain ! Emmanuel Macron est garant des institutions, à quel jeu joue-t-il quand il cherche à réhabiliter quelqu'un qui a été frappé d'indignité nationale en raison du rôle qu'il a joué au cours de la Seconde Guerre mondiale ? Philippe Pétain, aujourd'hui, il est dans les poubelles de l'histoire et il doit y rester".


Philippe Pétain, chef de l'Etat français sous l'occupation française est mort en détention sur l'île d'Yeu, à 95 ans. Le vainqueur de la bataille de Verdun en 1916 avait été condamné à mort après la Seconde Guerre mondiale pour "intelligence avec l'ennemi" et "haute trahison", mais sa peine avait été commuée en réclusion criminelle à perpétuité en raison de son âge avancé.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Centenaire de l'armistice de la Première guerre mondiale

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter