Maintenir la taxe d'habitation pour les plus riches : Gérald Darmanin rouvre encore le débat

Politique

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

FISCALITE - Le ministre de l'Action et des Comptes publics se dit favorable, dans Le Parisien de mercredi, à la suppression totale de la taxe d'habitation mais il estime que la question peut se poser, dans le cadre du Grand débat, pour les Français les plus riches. Bruno Le Maire avait également évoqué cette hypothèse avant de "préciser" ses propos.

Le tâtonnement se poursuit autour de la taxe d'habitation. Après Bruno Le Maire, c'est au tour de Gérald Darmanin d'évoquer la possibilité de revoir la copie sur cette réforme pourtant emblématique du quinquennat. 

Interrogé par les lecteurs du Parisien, le ministre de l'Action et des Comptes publics se dit "personnellement" favorable à la suppression totale de la taxe d'habitation, qui correspond à un engagement solennel d'Emmanuel Macron. Mais selon lui, le chef de l'Etat "a souhaité que ce sujet soit discuté dans le grand débat national" - avec cette hypothèse récurrente de maintenir la taxe pour les plus aisés. "Ce qui a choqué les gens, c'est l'expression '20% des Français les plus riches' en parlant d'un célibataire gagnant plus de 2.500 euros. Mais je pense que la question peut se poser pour les Français qui payent 15.000, 20.000 ou 30.000 euros de taxe d'habitation, soit moins de 1% des contribuables", estime Gérald Darmanin. 

Lire aussi

Les précisions de Bruno Le Maire

Des propos qui font suite aux déclarations du ministre de l'Economie la semaine dernière. Bruno Le Maire s'était dit, lors du Grand Rendez-vous Europe 1-CNews-Les Echos, ouvert au débat sur le maintien de la taxe d'habitation pour les 20% des Français les plus aisés. 

Mais il avait apporté des précisions 24 heures plus tard, assurant que son propos avait été "mal compris". Il a jugé "essentiel" d'aller "au bout de la suppression" afin d'honorer la promesse présidentielle. "Mais", a-t-il ajouté, "nous pouvons très bien demander aux Français 'est-ce que vous estimez que pour les 20% les plus riches, il est légitime ou non de supprimer la taxe d'habitation ?'"

Pour rajouter à la confusion, l'Elysée avait ensuite indiqué que le principe de la suppression totale était "acté", mais que le chef de l'Etat avait décidé "de mettre cela sur la table pour le grand débat". C'est, en somme, la position élyséenne que Gérald Darmanin a exprimé mardi matin dans Le Parisien

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter