"Mais allez en dictature !" : Emmanuel Macron s’en prend à ceux qui "affaiblissent notre démocratie"

Au bord du vol reliant Tel-Aviv à Paris, Emmanuel Macron a répondu ce jeudi 24 janvier à certains responsables politiques qui l’accusent d’agir en dictateur.
Politique

Toute L'info sur

Les grèves contre la réforme des retraites d'Emmanuel Macron

ENTRETIEN - Au retour d'Israël ce jeudi, Emmanuel Macron a critiqué certains responsables politiques qui estiment que la France est devenue une dictature. Des discours qui conduisent selon lui à "l'affaiblissement de notre démocratie et de notre République".

C’est avec véhémence qu’Emmanuel Macron s'en est pris aux mots choisis récemment par certains responsables politiques. Interrogé par trois médias ce jeudi 23 janvier lors du vol le ramenant de Tel-Aviv vers Paris, le président de la République a réagi au climat social actuel, de plus en plus explosif, accusant certains de se rendre "coupables" de discours qui "affaiblissent notre démocratie".

Lire aussi

En démocratie, il faut "combattre la haine"

Retranscrits notamment dans les colonnes du Monde, les propos du locataire de l'Élysée sont pour le moins directs. Emmanuel Macron regrette notamment le fait que s’installe dans la société, "de manière séditieuse, par des discours politiques extraordinairement coupables, l’idée que nous ne serions plus dans une démocratie". 

Une critique que le chef de l'État ne veut pas entendre, tant il estime en être loin. "La dictature c’est un régime où une personne ou un clan décide des lois. Une dictature c’est un régime où l’on ne change pas les dirigeants, jamais", a-t-il énuméré avant d’enjoindre ceux qui l’attaquent de la sorte d’"essayer" et d’aller "voir" ce type de système. "La dictature, elle justifie la haine. La dictature, elle justifie la violence pour en sortir. Mais il y a en démocratie un principe fondamental : le respect de l’autre, l’interdiction de la violence, la haine à combattre."

Ils sont les complices de l'affaiblissement de notre démocratie- Emmanuel Macron

Questionné sur les nouvelles formes d’actions, jugées comme "violentes" ou "dangereuses", Emmanuel Macron s'est là-encore lancé dans des critiques acerbes. "Celles et ceux qui portent cette violence, celles et ceux qui, avec cynisme quelquefois, l'encouragent, celles et ceux qui taisent tout reproche qu'il faut avoir oublient une chose très simple : nous sommes une démocratie." Et d’aller encore plus loin en faisant un bien triste avertissement : "Tous ceux qui aujourd'hui, dans notre démocratie, se taisent sur ce sujet, sont les complices, aujourd'hui et pour demain, de l'affaiblissement de notre démocratie et de notre République."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent