Mais que deviennent Nicolas Sarkozy et Alain Juppé depuis la primaire ?

Mais que deviennent Nicolas Sarkozy et Alain Juppé depuis la primaire ?

PEOPOLITIQUE - Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont été battus à la primaire de la droite dont ils étaient les favoris. Désormais, le premier se consacre à la mairie de Bordeaux, tandis que le second s'est reposé en prenant quelques jours de vacances, loin de la politique (ou presque).

Battus à la primaire de la droite et du centre, les deux ténors des Républicains Nicolas Sarkozy et Alain Juppé ont décidé de prendre leurs distances avec la vie politique nationale. L'ancien président de la République veut privilégier ses proches et les voyages, tandis que le maire de Bordeaux s'est littéralement replié dans sa ville. 

Toute l'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Nicolas Sarkozy mène la dolce vita

Nicolas Sarkozy profite de sa retraite politique pour se reposer et voyager. L’ancien président de la République, accompagné de sa femme Carla Bruni et de sa fille Giulia, est parti en vacances une dizaine de jours à Puket en Thaïlande, après la primaire de la droite, selon Le Parisien. Il l’a assuré à ses amis : la politique, c’est fini. Nicolas Sarkozy s’imagine désormais une nouvelle vie de globe-trotter et compte énormément voyager l’an prochain, lors de la campagne présidentielle. "Il va très bien, il est bronzé, en forme. L'âge venant, il a envie d'autre chose", a confié un proche au quotidien. 

Mais Nicolas Sarkozy a tout de même eu du mal à lâcher son téléphone : même en Asie, il a suivi de près la vie politique française. L’ancien président a eu Brice Hortefeux, François Baroin ou encore Laurent Wauquiez au téléphone pour se tenir informé. Il conserve également ses locaux dans le 8e arrondissement de Paris, où il garde trois collaborateurs.  Mais pas question, selon Le Parisien, que Nicolas Sarkozy y reçoive des brochettes d’élus. "Il ne veut plus s’emmerder avec tous ses cons", lâche un proche au quotidien. Il devrait toutefois rencontrer prochainement François Fillon, candidat LR à la présidentielle. Nicolas Sarkozy compterait par ailleurs reprendre ses conférences rémunérées. 

Lire aussi

    Alain Juppé se replie à Bordeaux

    Du côté d’Alain Juppé, c’est un peu moins la dolce vita. Le maire de Bordeaux a décidé de se consacrer à plein temps à sa ville girondine, et ne veut plus évoquer la politique nationale. Il n’a pas souhaité réagir au renoncement de François Hollande ou encore à la candidature de Michèle Alliot-Marie : "Il est en cure", indique son directeur de cabinet à la mairie de Bordeaux, Ludovic Martinez, au Parisien.  L'ancien candidat a été "très abattu" par les résultats de la primaire, confie un fidèle, et s'en cache derrière l'autodérision. "Il pratique beaucoup l'humour. L'autre jour, on lui disait 'l'union fait gagner', et il a répondu du tac au tac : 'Pas toujours'", ironise Ludovic Martinez.

    Alain Juppé pourrait s’impliquer dans la campagne de François Fillon si celui-ci venait à lui demander, mais il ne se jettera pas corps et âme dans cette bataille. L’ancien Premier ministre préfère désormais rester en retrait de la vie politique nationale. Alors qu’une rénion était organisée à Paris la semaine dernière avec ses équipes, Alain Juppé a annulé pour cause d’engagement . "En réalité, son agenda était vide ce jour-là. Il n'a juste pas voulu y aller, un peu comme s'il considérait que tout cela ne le concernait plus", a estimé un proche. 

    Lire aussi

      En vidéo

      Partie de campagne, épisode 15 : Juppé, Hollande, Sarkozy… une page se tourne

      Sur le même sujet

      Les articles les plus lus

      "Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

      EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

      EN DIRECT - Covid-19 : Castex envisage "des mesures supplémentaires" face à la situation au Brésil

      Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

      Covid-19 : la pandémie à un point "critique", alerte l'OMS

      Lire et commenter