Malgré l’interdiction, Anne Hidalgo va maintenir la piétonnisation des voies sur berges via un arrêté

Politique

PARIS - La maire de Paris annonce dans Libération qu’elle s’apprête à prendre un arrêté pour maintenir la piétonnisation des voies sur berges, alors que le tribunal administratif l’a interdit.

Le bras de fer se profile. Dans une interview à paraître ce dimanche soir sur le site internet de Libération, la maire de Paris Anne Hidalgo annonce que, malgré l’interdiction du tribunal administratif, elle souhaite maintenir la piétonnisation des voies sur berges de la rive droite. 

"Dès cette semaine, avec le soutien de l’Etat qui accompagne cette démarche, je vais prendre un arrêté, mobilisant les pouvoirs de police du maire, pour maintenir la piétonnisation de cette voie", explique la maire de Paris dans Libération, précisant que cet arrêté sera "permanent."

Voir aussi

Anne Hidalgo a notamment fait de cette piétonnisation une de ces mesures-symbole pour lutter contre la place de la voiture en ville, et la pollution. "Ma conviction est que la conquête de cet espace par les piétons et les circulations douces était utile et nécessaire", répète-t-elle. Elle estime d’ailleurs que "les désagréments pour les automobilistes sont aujourd’hui limités" : "En un an, le trafic de report a baissé de 28,8 % sur les quais hauts rive gauche, de 11,2 % sur les quais hauts rive droite et de 5,4 % sur le boulevard Saint-Germain." Ce qui lui fait donc conclure que "les encombrements sont donc bien temporaires."

Voir aussi

Invitée du Grand Jury pour RTL, Le Figaro et LCI ce dimanche 4 mars, la ministre des Transports Elisabeth Borne a pris le parti de la maire de Paris quant à la piétonnisation des voies sur berges, dont elle estime qu'elle va "dans le sens de l'histoire". Elle s'est néanmoins permis de demander à l'élue davantage de "pédagogie".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter