Mamoudou Gassama, le "héros" sans papiers devenu un enjeu politique

Politique
NATURALISATION - Emmanuel Macron a promis lundi la naturalisation à Mamoudou Gassama, le Malien sans papiers qui a sauvé un enfant en escaladant un immeuble parisien samedi. Lors de l'entretien, le chef de l'Etat a insisté sur le caractère "exceptionnel" de cette décision, justifiant au passage sa politique de l'immigration. A gauche, le "cas" Gassama" a suscité des prises de position en faveur des régularisations. Le Front national estime, de son côté, que l'on récompense "un mérite".

En moins de 48 heures, Mamoudou Gassama sera devenu un héros national, mais aussi un objet politique de premier plan. L'homme qui a sauvé un enfant samedi en escaladant la façade d'un immeuble parisien a été reçu lundi matin à l'Elysée, où Emmanuel Macron lui a promis la naturalisation française ainsi qu'une intégration au corps des sapeurs-pompiers. 


Au cours de l'entretien entre le chef de l'Etat à Mamoudou Gassama, dont le contenu a été retransmis par l'Elysée, Emmanuel Macron a salué "un acte de courage et de force" du jeune Malien, soulignant qu'un "acte exceptionnel" nécessitait "une mesure exceptionnelle". Le chef de l'Etat a insisté, expliquant : "Il y a la cohérence d'une politique, je l'assume totalement, et un acte exceptionnel qui ne fait pas une politique". Une façon de répondre au passage à ceux qui critiquent les nouvelles mesures en matière d'immigration de d'asile prévues dans la loi votée en avril à l'Assemblée nationale. 

Appels à la régularisation

Une réponse, surtout, à ceux qui veulent faire du nouveau "héros" un porte-flambeau de la cause des sans-papiers en France et qui prennent pour cible la loi Asile et Immigration. "La naturalisation de Mamoudou Gassama est une juste reconnaissance", a ainsi estimé le député LFI Eric Coquerel sur Twitter. "Fasse que cela incite de le chef de l'Etat à une prise de conscience sur sa loi qui durcit inhumainement l'accueil et l'existence de milliers de Gassama". La veille, ce député avait déjà adressé une pique à la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo, lui demandant d'appuyer "la régularisation immédiate" du jeune Malien. 

Ce que la maire de Paris a d'ailleurs fait implicitement, affirmant après l'avoir eu au téléphone que la ville de Paris aurait "à coeur de le soutenir dans ses démarches pour s'établir en France". Après l'annonce de sa naturalisation, Anne Hidalgo a estimé sur LCI que c'était une "très bonne chose". "Moi-même je suis naturalisée", a tenu à préciser l'édile, pour qui "c'est une bonne façon de montrer que notre pays est capable d'accueillir, d'intégrer, d'inclure". "Nous lui rendrons un hommage aussi au Conseil de Paris", a-t-elle conclu. 

En vidéo

Anne Hidalgo sur la naturalisation de Gassama : "C'est une très bonne chose"

Dans l'équipe d'Anne Hidalgo, l'adjoint communiste au Logement Ian Brossat, élu du XVIIIe arrondissement, a d'ailleurs, dès que l'acte de bravoure a été connu, été l'un des premiers à lui donner de l'écho. "Quand j'ai entendu parler de cette histoire dimanche, je me suis dit qu'il fallait quand même qu'on puisse prendre contact avec ce jeune homme et le récompenser", a indiqué Brossat lundi sur LCI. "C'est en allant sur place en prenant quelques contacts qu'on a fini par lui mettre la main dessus, et on était très contents." 

En vidéo

Ian Brossat : "On a un peu galéré pour retrouver les coordonnées de Bassana"

Réactions contradictoires au FN

Deux positions divergentes se sont exprimées au FN à propos du "cas" Gassama. Pour Nicolas Bay, "ceux qui réclament la régularisation de Mamoudou Gassana sont ceux qui réclament la régularisation de tous les clandestins". "Si on nous dit qu'on régularise celui-là en raison de son acte de bravoure et qu'en contrepartie, on expulse tous les autres, moi je signe", a ironisé le vice-président du FN sur France 2. Pour le porte-parole du FN Sébastien Chenu, en revanche, "il faut probablement qu'on le régularise parce qu'il a eu un acte courageux, civique, exemplaire, et qu'il mérite en cela l'accueil de notre République" (Public Sénat). Les responsables frontistes se rejoignent en revanche pour dénoncer le manque de reconnaissance des "Français qui ont sauvé des gens" et n'ont pas été reçus à l'Elysée. "Ne soyons pas dupes d'Emmanuel Macron", a estimé Sébastien Chenu. 


Le fondateur des Patriotes, Florian Philippot, ex-numéro 2 du FN, a salué de son côté l'annonce de la naturalisation de Gassama. "Je suis pour la valorisation du mérite, la naturalisation au mérite notamment. Et là on peut difficilement faire plus", a jugé ce dernier sur BFMTV. Tout en dénonçant, visant Ian Brossat, "les vautours qui vont faire de la récupération et expliquer que tout le monde se vaut". Idem pour l'ex-député LR Thierry Mariani, qui fustige "le bourrage de crâne médiatique généralisé sur les vertus supposées positives de l'immigration, en exploitant le courage de Mamoudou Gassama". 

En vidéo

Les réactions politiques sur l"héroïsme de Gassana

A droite, la reconnaissance de la bravoure de Mamoudou Gassana ne semblait pas poser de problèmes, y compris chez les tenants d'une ligne dure en matière d'immigration. Sur France Inter, par exemple, le député Les Républicains Eric Ciotti a estimé "qu'on lui doit une reconnaissance, qui doit s'exprimer selon les termes que la République souhaitera". L'élu des Alpes-Maritimes a toutefois "regretté qu'il y ait eu tout de suite une forme d'exploitation un peu politique". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter