Manuel Valls a mis le temps

Manuel Valls a mis le temps

DirectLCI
BILLET D'HUMEUR - ll était déjà le maillon le plus solide du gouvernement, il en est désormais le patron. A 51 ans, Manuel Valls est sur orbite vers la stratosphère. Et comptez sur lui pour exploiter toutes les facettes de son talent, avec 2017 en ligne de mire. Jeune ? Plus tant que ça. Il sait son heure arrivée. C'est son moment, sa séquence. A lui dorénavant de savoir s'entourer de bons scénaristes, comme il a pu l'être pour Jospin ou Hollande par le passé.

Ça y est ! Il le tient son hôtel Matignon. Moins de deux ans après son entrée fracassante au gouvernement, au poste qu'il voulait et qu'il savait rampe de lancement vers la chefferie, Manuel Valls, après des mois et des mois de battage médiatique , d'occupation permanente du terrain, de prise en main de toutes les affaires touchant de près ou de loin son ministère... le désormais ex-ministre de l'Intérieur croit toucher au Graal . Avant de se tourner, sans doute très vite, vers d'autre sommet : 2017. Mais patience.

Le fils d'émigrés barcelonais, dont le grand-père a composé l'hymne du légendaire club catalan, rappelons-le avant qu'il ne le fasse une nouvelle fois, mais également supporter du PSG, ce qui lui donne l'occasion de croiser régulièrement Nicolas Sarkozy au Parc des Princes, l'adepte de la chemise/cravate ton sur ton, n'a donc guère laisser le choix au Président pour son casting. Qui d'autre ? Qui d'autre que le plus populaire d'entre tous, le plus autoritaire, le plus médiatique, le plus ambitieux, le plus tourné vers une libéralisation de l'économie, qui avait proclamé que le socialisme était mort et qu'il faudrait renommer le PS ?

La Green Card

Personne ! Valls a compulsé et appris par cœur le manuel de l'ascension politique rapide et efficace, à l'image d'un Napoléon ingurgitant les codes juridiques romains pour fonder son Code Civil... Oui, le rapprochement est facile : petit, brun, grande gueule, brutal, charismatique, le menton fier et le regard perçant, intelligent... il y a du Bonaparte en lui, comme il y en a chez Sarkozy. Cette passion ou cette nostalgie de nos hommes politiques et des Français pour l'Empereur ne semblent pas s'estomper. Il est le politique préféré selon tous les sondages. Je ne sais plus qui disait que les hommes, les nations avaient besoin d'un chef, pas de démocratie. Manuel Valls a le profil du chef. Comme l'a Sarkozy. Comme ne l'a pas François Hollande.

On peut piquer des crises de nerfs dans les couloirs de son château, c'est autre chose de faire entendre sa voix et d'imposer sa vision dans une cacophonie gouvernementale et une majorité organisée en couacs et en "chacun pour soi". A ce petit jeu-là, Manuel Valls s'est montré le plus fort. Et François Hollande peut au moins se féliciter d'une chose : avec le choix de l'ancien maire d'Evry, qui a réglé les radars aux entrées de sa ville en dessous des 50km/h, il se débarrasse des encombrants écologistes qui perdent leur Green Card en France .

La stratégie du sauve-qui-peut

Cécile Duflot, populaire elle aussi, disait en substance à François Hollande : "Vire-moi si tu peux !" Le Président lui a répondu : "Manu, tu descends ?!". Avec Valls, c'est l'assurance qu'il y aura du rythme, du tempo au gouvernement. Faites-lui confiance pour qu'il casse le rythme, accélère. Il a beau avoir un petit côté Mel Gibson, il ne sera pas l'homme sans visage, mais plutôt celui aux mille visages. Une Valls à mille temps, assurément.

On rit, tout le moins on essaye, mais Jean-François Copé , au lendemain de la vague bleue du second tour des élections municipales, qui ont vu 155 villes de plus de 9.000 habitants basculer à droite, a posé la bonne question. Que veut vraiment François Hollande pour la France ? En nommant Manuel Valls à Matignon, il sait qu'il se condamne au retrait volontaire . Stratégie Mitterrand ? Je suis au-dessus de tout ? Il faut avoir l'envergure. Stratégie Chirac ? Le Premier ministre sortant se plante toujours à la présidentielle, façon Balladur ou Jospin ? Mystère. Comme souvent avec un François Hollande avare en confidences stratégiques. Si stratégie autre du sauve-qui-peut il y a !

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter