Manuel Valls va former un nouveau gouvernement

Politique

POLITIQUE - François Hollande a demandé lundi matin à Manuel Valls de "composer un nouveau gouvernement", qui sera présenté mardi. Un remaniement qui fait suite à la crise ouverte ce week-end par Arnaud Montebourg.

Coup de théâtre au sommet de l'Etat. Alors qu'une crise de l'exécutif enflait depuis ce week-end suite aux critiques du ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, Manuel Valls a présenté ce lundi matin la démission de son gouvernement au président de la République. Confirmé dans ses fonctions par le chef de l'Etat, le Premier ministre doit annoncer la composition de sa nouvelle équipe mardi.

Ce deuxième gouvernement Valls sera constitué "en cohérence avec les orientations qu'il a lui-même définies pour notre pays", a précisé l'Elysée. Exit donc, probablement, Arnaud Montebourg qui avait ouvertement mis en cause les choix économiques de François Hollande et Manuel Valls, dans une interview au Monde samedi et le lendemain lors de sa traditionnelle Fête de la rose.

"Ligne jaune"

"Les choix politiques ne sont pas figés", assenait le ministre de l'Economie dans son interview, estimant "ouvert" le débat sur les orientations économiques du gouvernement, en pleine préparation de la loi de finances pour 2015. Principal point de désaccord : la poursuite de la politique de rigueur budgétaire. "Je pense que je l'ai exprimé assez clairement. Il y a toujours une alternative", disait-il à ce sujet, alors que François Hollande et Manuel Valls n'ont eu de cesse tout l'été que ce cap soit maintenu . Un refrain repris par son collègue de l'Education Benoît Hamon dans Le Parisien.

LIRE AUSSI >> Pour Valls, "hors de question" de changer de politique économique

Pendant trois jours, à gauche, ces voix critiques venues de l'intérieur ont éclipsé le voyage présidentiel dans l'océan Indien, le chef du gouvernement gardant le silence. Mais, dimanche soir, Matignon a fini par réagir, estimant qu’"une ligne jaune a été franchie" par Arnaud Montebourg. Dans la nuit, le jaune est manifestement passé au rouge. Manuel Valls, qui disait cet été s'attendre à une "rentrée difficile", est servi.

LIRE AUSSI >> Crise au gouvernement : Montebourg assume

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter