Mariage et adoption pour les homos : la lente volte-face d'Alain Juppé

Politique

DECRYPTAGE - Déjà candidat à la présidentielle de 2017, Alain Juppé a fait du bruit ce mercredi, en se déclarant dans Les Inrocks favorable au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels. Une position qu'il est loin d'avoir toujours tenue…

Alain Juppé semble arrivé au bout d'un long chemin. Dans une interview donné aux Inrocks ce mercredi, le déjà candidat à la présidentielle de 2017 développe sa position sur la loi Taubira, qui autorise depuis avril 2013 le mariage et l'adoption aux couples homosexuels. Deux choses qu'il accepte aujourd'hui, après quinze ans de réflexion…

EN SAVOIR +
>> Alain Juppé inquiet "d'une vraie complicité" entre le FN et le PS
>> Alain Juppé, la "rupture positive"

Sur le mariage pour tous, Alain Juppé partait de loin. Député de Gironde au moment du débat sur le PACS, en 1999, il vote contre , à l'unisson de tout le groupe RPR (sauf Roselyne Bachelot). Le maire de Bordeaux fustige alors "une parodie de mariage", tout en dénonçant les dérives homophobes du débat. Dix ans plus tard, il a réfléchi et se dit dans une interview à une association "favorable à une totale égalité des droits, au travers d’une union civile". "J'ai évolué et je pense aujourd'hui qu'il faut donner aux homosexuels exactement les mêmes droits qu'aux hétérosexuels", confirmera-t-il en 2011 sur RTL-LCI . Aujourd'hui dans Les Inrocks, il en tire les conclusions : "Je suis convaincu qu'on ne reviendra pas en arrière : on ne démariera pas les couples homosexuels". Tout en maintenant qu'il aurait "préféré un autre mot que mariage car des couples homosexuels et hétérosexuels, ce n'est pas tout à fait la même chose".

"Je me fais violence", avoue Alain Juppé

Concernant l'adoption, le cheminement intellectuel d'Alain Juppé aura été encore plus long. En octobre 2012, alors que le débat sur le mariage pour tous s'annonce à l'Assemblée, il écrit dans une note de blog : "Pas d’accord pour l’adoption parce que je continue à penser qu’un enfant doit grandir entre un père et une mère". En janvier 2013, il enfonce le clou dans une nouvelle note : "Aucun des arguments en faveur de l ’adoption ne tient la route, ni celui du 'bonheur de l’enfant adopté', ni celui de la reconnaissance de situations de fait déjà existantes."

EN SAVOIR +
>> Loi Taubira : quand Sarkozy avoue qu'il ne tranche pas pour gagner des voix

Il faudra attendre octobre 2014 pour qu'Alain Juppé atténue son opposition à l'adoption pour tous, sur le plateau de l’émission Des paroles et des actes. Pressé de se positionner clairement sur ce sujet qu'il évite, il finit par lâcher : "Ma conception personnelle c'est qu'un enfant, c'est un homme et une femme qui ont un enfant. Si la loi Taubira a prévu la possibilité de l'adoption, ce n'est pas mon sentiment personnel". Avant de nuancer : "Je pense que là-dessus aussi, il faut considérer que l'évolution des mœurs a fait changer les choses". Et d'avouer : "Je me fais violence". Alain Juppé se fait si bien violence qu'un mois plus tard, il dit aujourd'hui dans Les Inrocks : "Il peut exister des cas où un enfant peut trouver dans un couple de deux hommes ou de deux femmes des conditions d'épanouissement personnel parfaitement acceptables. C'est pourquoi, après mûre réflexion, je suis favorable à l'adoption par un couple de même sexe". Au terme d'un cheminement long, donc, mais assumé. En vieux sage.

>> VIDEO - Alain Juppé s'exprime sur la loi Taubira dans "Des paroles et des actes" :

Lire et commenter