Mariage pour tous : Sarkozy assume avoir changé d’avis

DirectLCI
GIROUETTE - Jeudi sur France 2, Nicolas Sarkozy est revenu sur son revirement concernant la loi Taubira. Il a confirmé ne plus vouloir supprimer ce texte. Ça tombe bien, les Français sont majoritairement hostiles à son abrogation.

Il y a près de deux ans, Nicolas Sarkozy défendait encore l’abrogation du mariage pour tous. "La loi Taubira devra être réécrite de fond en comble", disait-il lors d’un meeting organisé par le collectif Sens Commun. Encouragé par une salle très hostile à ce texte, il avait ajouté : "Si vous préférez qu'on dise (qu'il faut) abroger la loi Taubira pour en faire une autre... En français, ça veut dire la même chose... Ça aboutit au même résultat. Mais enfin, si ça vous fait plaisir, franchement, ça coûte pas très cher". 


Mais patatras, début janvier 2016, l’ancien chef de l’Etat change d’avis. Dans son livre La France pour la vie, il écrit qu’il n’abrogera pas cette loi s’il revient au pouvoir. "Il ne saurait être question de démarier les mariés, ce serait injuste, cruel et en outre juridiquement impossible", précise-t-il. Jeudi soir sur le plateau de France 2, interrogé sur ce revirement, il a assumé son changement de discours.

Une évolution semblable à celle de l'opinion

"C'est un sujet tellement personnel, c'est vrai. J'ai réfléchi, j'ai évolué, j'ai hésité", a reconnu l’ancien chef de l’État, ironisant ensuite sur ceux qui "ont des idées très tranchées". "Je pense, après y avoir réfléchi très profondément, que la France a bien d'autres problèmes que rouvrir la guerre sur le mariage pour tous", a-t-il expliqué. Il a néanmoins maintenu son opposition à la gestation pour autrui "pour les couples homosexuels comme pour les couples hétérosexuels". Sans toutefois faire preuve de cohérence puisqu’il affirmait en 2014 qu’il "qu’il ne sert à rien qu'on soit contre la GPA si on n'abroge pas la loi Taubira".


Cette évolution de Nicolas Sarkozy est en tout cas similaire à celle de l’opinion. Un récent sondage Ifop pour l’ADFH (Association des familles homoparentales) indique que 62% des Français ne sont pas favorables à l’abrogation de la loi instaurant le mariage pour tous (+5 pts depuis 2014). L'idée d'autoriser la gestation pour autrui (GPA) aux couples homosexuels reste par contre minoritaire (44% des sondés y sont favorables) mais elle connaît un léger progrès avec une augmentation de trois points par rapport à 2014. En revanche, l'idée de l'autoriser pour les couples hétérosexuels connaît, elle, une baisse de trois points (57% contre 60% en 2014).

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter