Marine Le Pen à Brachay : "Elle vise le second tour" selon Olivier Mazerolle

DirectLCI
EDITO - La patronne du Front national a fait son entrée en campagne, samedi 3 septembre à Brachay (Haute-Marne). Elle un prononcé un discours "surprenant" pour notre éditorialiste sur LCI, Olivier Mazerolle.

C'est à Brachay, 60 âmes, que Marine Le Pen a tenu son premier grand discours d'entrée dans la course à l'Elysée. Un petit village de Haute-Marne acquis au Front national, puisque 75% de ses votants avaient choisi la candidate d'extrême droite au premier tour de la présidentielle de 2012. 


Pour Olivier Mazerolle, éditorialiste à LCI, la candidate d’extrême droite a prononcé un discours "surprenant" et "sans aspérité". En somme, "rien de bien épouvantable". Objectif : rassurer ses partisans. 


Et pour cause : Marine Le Pen vise le second tour. "Elle estime qu’elle est qualifié pour le premier", analyse Olivier Mazerolle, ajoutant que "le deuxième tour sera plus compliqué car son meilleur score est de 6,8 millions d’électeurs aux régionales". Or, pour gagner, il est nécessaire de mobiliser 17 voire 18 millions de votants. 


" Vous avez le droit à la parole" 


Autre sujet abordé dans ce discours de rentrée politique : le Brexit. Selon notre éditorialiste, « les Anglais sont des exemples à suivre pour Marine Le Pen ». Ainsi, la candidate l’affirme : "Le référendum sur l'appartenance à l'Union européenne, je le ferais en France parce que vous avez le droit à la parole dans votre pays." 


Un pari politique pour Olivier Mazerolle. Car, "si le Brexit profite aux Anglais, ça va aider Marine Le Pen. Au contraire, si c'est une catastrophe pour eux, ça va être une catastrophe pour elle". 


Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter