Marine Le Pen accuse l'exécutif d'avoir "menti" dans sa gestion de la crise sanitaire

Marine Le Pen accuse l'exécutif d'avoir "menti" dans sa gestion de la crise sanitaire
Politique

REACTIONS - Invitée du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI ce dimanche 17 mai, la présidente du Rassemblement national a reproché au gouvernement d'avoir décidé initialement un confinement de quinze jours tout en sachant, selon elle, qu'il devait durer plus longtemps.

"Ils ont menti, c'est un fait et ils en assumeront les responsabilités, enfin je le souhaite". Invitée ce dimanche du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, Marine Le Pen s'est montré très virulente vis-à-vis du gouvernement dans sa gestion de la crise sanitaire. La présidente du Rassemblement national a notamment reproché à l'exécutif d'avoir décidé initialement un confinement de quinze jours tout en sachant, selon elle, qu'il devrait durer plus longtemps. 

"Ils le disent, ils s'en cachent à peine. Ils disent qu'il fallait habituer les Français à l'idée d'être confinés. Chacun savait que le confinement n'est efficace en réalité que quand il dure au moins cinq semaines", a-t-elle insisté, assurant que cette infantilisation a des conséquences : "beaucoup de commerçants auraient pu s'organiser et revoir leur production", a-t-elle estimé.

"Les électeurs devront trancher"

Selon Marine Le Pen, "toute une série d'enquêtes auront lieu" pour connaître "les raisons qui ont poussé le gouvernement à agir ainsi". Quant à savoir si cela doit se conclure devant les tribunaux, la cheffe du RN a déclaré que ce sont "les électeurs qui doivent trancher".

Toutefois, elle a affirmé comprendre que "des Français qui ont perdu des proches dans des Ehpad demandent des comptes devant la justice", indiquant par là-même que "des instances de l'État (avaient) fixé des règles au Samu de ne pas transférer des personnes âgées atteintes du Covid".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Marine Le Pen a jugé par ailleurs que la lutte contre les inégalités scolaires avait été "une excuse" pour justifier la réouverture progressive des établissements scolaires. Selon elle, "le gouvernement aurait dû donner la raison réelle de la réouverture des classes : permettre aux parents d'aller travailler".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent