Marine Le Pen critique la gestion de l’ouragan Irma par le gouvernement, Edouard Philippe lui répond

Politique
POLÉMIQUE - A Brachay, en Haute-Marne, à l'occasion de la rentrée du Front national, Marine Le Pen a dénoncé les "pillages", "bandes criminelles", "vols et menaces" qui sévissent dans les Antilles, mettant en cause la gestion de l'ouragan Irma par le gouvernement. Depuis Pau puis à l'issue d'une réunion de crise convoquée par Emmanuel Macron à l'Elysée, le Premier ministre lui a répondu.

Pour son retour, elle a attaqué fort en se posant en "voix de la vérité". Ce samedi, en préambule à son discours de rentrée politique dans le petit village de Brachay (Haute-Marne), la présidente du Front national, Marine Le Pen, a mis en cause l'exécutif pour sa gestion de la catastrophe causée par l'ouragan Irma. 


Elle a notamment dénoncé des "moyens de secours et de maintien de l'ordre tout à fait insuffisants", et a exprimé "la solidarité la plus sincère et la plus totale à nos compatriotes antillais confrontés à la mort, à la dévastation et maintenant aux pillages et au chaos".

En vidéo

Marine Le Pen critique la gestion de la crise dans les Antilles

"Soyons, face aux drames que vivent nos compatriotes des Antilles, encore la voix de la vérité : rien n'a été prévu, rien n'a été anticipé. Les moyens de secours et de maintien de l'ordre sont tout à fait insuffisants, l'effondrement de nos moyens militaires, le nombre dérisoire de bâtiments de la Marine ne permet pas la réponse que devrait être celle d'une grande et puissante Nation comme la France", a dit Marine Le Pen.


La députée du Pas-de-Calais a ajouté que "les compatriotes de Saint-Martin privés de tout se voient encore volés et menacés dans leur existence même par des bandes criminelles, obligés d'organiser leur propre défense alors même qu'un nouveau cyclone arrive".

Philippe répond, Macron convoque une réunion

"Etre Français dans un territoire français doit postuler un niveau de soutien, de solidarité et de protection qu'aujourd'hui, face à cette catastrophe, le gouvernement est incapable d'assurer", a asséné la présidente du FN.


Depuis Pau, où il était en déplacement, le Premier ministre Edouard Philippe a tenu à lui répondre, au micro de LCI. "Je ne veux pas rentrer dans une polémique qui n’a pas lieu d’être", a-t-il déclaré. "La catastrophe est considérable et les moyens de l'Etat sont mobilisés. Je pense qu’il est préférable de travailler, plutôt que polémiquer sur ce sujet."

En vidéo

Ouragans Irma et José : Edouard Philippe annonce l'envoi de nouveaux renforts aux Antilles

De son côté, Emmanuel Macron a annoncé en fin d'après-midi avoir convoqué une réunion à l'Elysée pour 19 heures sur la situation dans les îles ultramarines de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, notamment à propos de la question de la sécurité. 


A son issue, Edouard Philippe a fait part de la "mobilisation totale de l’État" et annoncé l'envoi de nouveaux renforts sur place. Tous ceux qui voudraient profiter de la gravité de la situation pour d'ores et déjà faire vivre telle ou telle polémique ne rendent service ni aux populations locales ni à l'ensemble des forces de secours et de l'ordre" qui œuvrent à "améliorer les conditions de vie et de survie", a lancé le chef du gouvernement. Une nouvelle réponse aux critiques de la présidente du FN Marine Le Pen.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ouragan Irma : les Antilles pansent leurs plaies

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter