Marine Le Pen dénonce les "clandestins exigeants et arrogants"

Politique

IMMIGRATION - La présidente du Front national, qui doit entrer officiellement en campagne pour les régionales le 20 septembre, a tenu ce dimanche à Hénin-Beaumont un discours virulent contre les migrants, dont elle persiste à nier les motivations autres qu'économiques.

Marine Le Pen avait prévenu : sur le dossier des migrants, elle ne s'en laissera pas compter par l'image d'un enfant mort sur une plage... Alors que l'Europe fait face à un afflux sans précédent de réfugiés venus notamment de Syrie, la candidate aux régionales dans le Nord-Pas-de-Calais/Picardie s'est livrée ce dimanche à un réquisitoire en règle contre "les clandestins".

"Les routiers voient leur outil de travail chaque jour menacé, saccagé, par des clandestins ne reculant devant rien et devenant même arrogants et exigeants, comme à Calais, où ils manifestent presque quotidiennement", a ainsi estimé la présidente du Front national, lors d'un discours devant la permanence de son parti à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais.

"Nous avions annoncé que l'immigration clandestine se métastaserait"
 

Et de poursuivre, en n’hésitant pas à recourir à la métaphore du cancer : "Nous avions annoncé que l'immigration clandestine se métastaserait (sic) dans toute la région si nous ne prenions pas de mesures fermes au niveau national". La présidente du FN a par ailleurs affirmé une nouvelle fois que la France était "confrontée à une immigration économique et non pas à une immigration de réfugiés politiques, car si c'était des réfugiés politiques nous aurions 75% de femmes et d'enfants et 25% d'hommes, et pas l'inverse".

Marine Le Pen a par ailleurs réagi à l'annonce du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, d'accorder une aide aux communes qui mettraient en place des dispositifs d'hébergement pour les réfugiés de 1000 euros par place supplémentaire. "C'est profondément scandaleux", a-t-elle dit, "une fois de plus (...) les Français derniers servis". Un discours acclamé par quelque 250 sympathisants venus écouter son discours, au cri de ralliement du FN : "On est chez nous ! On est chez nous !"

A LIRE AUSSI
>> 
VIDEO – Béziers : quand Robert Ménard va lui-même déloger les migrants syriens de ses HLM

Lire et commenter