Marine Le Pen va bien devoir rembourser 300.000 euros au Parlement européen

Marine Le Pen va bien devoir rembourser 300.000 euros au Parlement européen

Politique
DirectLCI
RENDS L'ARGENT - Mardi 19 juin, la justice européenne a confirmé que la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, devra bien rembourser 300.000 euros au Parlement européen. En cause ? L'emploi douteux d'une assistante parlementaire alors qu'elle était eurodéputée.

Le dossier l'aura poursuivie un temps, le voilà désormais clos. Marine Le Pen devra donc bien rembourser près de 300.000 euros au Parlement européen, a décidé la justice européenne mardi 19 juin. Une somme qui correspond à l'emploi douteux d'une assistante parlementaire quand elle était eurodéputée.


Cette décision fait suite à la demande d'annulation d'une précédente requête du Parlement européen, en 2016. Dans ce dossier, donc, Marine Le Pen n'a pas obtenu gain de cause. Elle n'a pas été jugée "en mesure de démontrer que son assistante assurait des tâches effectives pour elle" et "n'a pas fourni de preuve d'une activité quelconque au titre de l'assistance parlementaire, ce qu'elle a d'ailleurs reconnu lors de l'audience", souligne le tribunal dans son arrêt.

Un pourvoi encore possible

La même juridiction avait déjà rejeté, l'an dernier, la demande en référé de la patronne du Rassemblement national de suspendre les retenues sur son salaire d'eurodéputée, mises en place par le Parlement pour récupérer son dû dans cette affaire. L'indemnité de Marine Le Pen avait donc déjà été divisée de moitié à partir de début 2017.


Du coup, les retenues réalisées sur ses revenus d'eurodéputée, alors qu'elle siégait encore dans l'hémicycle ont permis au Parlement de récupérer environ 60.000 euros, a indiqué à l'AFP une source parlementaire. Marine Le Pen dispose désormais de deux mois pour demander un éventuel pourvoi devant la Cour de justice de l'UE.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter