Marine Le Pen : malgré le refus d'alliance de Dupont-Aignan, "nous rassemblerons quand même"

EUROPEENNES - Invitée du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, Marine Le Pen a réagi en direct, dimanche, au refus de Nicolas Dupont-Aignan de constituer pour l'heure une liste commune aux élections européennes. La présidente du Rassemblement national a appelé à dépasser "les ambitions personnelles".

Un nouveau coup dur pour Marine Le Pen. Alors que l'ancienne candidate à la présidentielle vient d'officialiser le nouveau du FN, le Rassemblement national, l'un de ses principaux alliés de 2017 vient de lui opposer une fin de non-recevoir. 


Dimanche, sur France 3, Nicolas Dupont-Aignan a annoncé qu'il refusait, pour l'heure, la main tendue de Marine Le Pen afin de constituer une liste commune pour les élections européennes. "La proposition de Marine Le Pen n'est pas à la hauteur de l'enjeu, à savoir convaincre une majorité pour sauver la France", a froidement tancé l'ancien candidat à la présidentielle qui l'avait ralliée au second tour, prêt à devenir son Premier ministre si elle parvenait au pouvoir. "Marine Le Pen est près de mon bureau à l'Assemblée, je trouve cela dommage de m'envoyer une lettre publique", a ajouté l'intéressé, souhaitant "sortir du tête-à-tête avec Marine Le Pen". 

"Nous rassemblerons quand même"

Apprenant en direct la réponse de Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen n'a eu d'autre choix que de continuer à plaider pour une alliance, lors du Grand Jury dimanche sur LCI, avertissant contre les "ambitions personnelles". "S'il souhaite partir seul, nous rassemblerons quand même", a-t-elle ajouté. 


"Ce n'est pas une fin de non-recevoir", a voulu croire Marine Le Pen. "J'avais entendu Nicolas Dupont-Aignan dire au printemps que nous devrions nous mettre autour de la table pour parler du fond. Il avait accepté de me soutenir à la présidentielle, nous avions déjà fait le bilan que nous avions des positions très proches". "Il est temps de se mettre autour d'une table pour proposer une charte commune", a-t-elle insisté. "Si nous les nationaux n'arrivons pas à aller au delà de nos ambitions personnelles et nous mettre ensemble, nous raterons le tournant historique." 


"Je veux amener à une coalition comme en Italie", plaidait au même moment Nicolas Dupont-Aignan, souhaitant d'abord "partir du projet". "Une fois que ce projet sera conclu, on l'enverra à Marine Le Pen et à Laurent Wauquiez. J'espère qu'ils auront à ce moment-là clarifié leurs positions pour nous rassembler." Bref, tout le monde veut rassembler, mais pas de la même manière. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter