Marine Le Pen "n'a pas eu le courage" de se présenter dans les Hauts-de-France, juge Xavier Bertrand

Marine Le Pen "n'a pas eu le courage" de se présenter dans les Hauts-de-France, juge Xavier Bertrand

ÉLECTIONS - Invité de LCI lundi 14 juin, le candidat à sa succession à la tête des Hauts-de-France a tiré à boulets rouges sur le Rassemblement national, estimant que la cheffe du parti "se planque" durant ce scrutin.

"Depuis 1998, je suis l'adversaire numéro 1 du Front national". Au micro d'Elisabeth Martichoux, ce lundi, Xavier Bertrand s'est positionné comme un rempart face au Rassemblement national - qu'il appelle toujours le "Front national" afin d'accentuer le fait que "rien n'a changé dans le parti". Pour le candidat aux régionales dans les Hauts-de-France, soutenu par LR, la menace principale s'appelle Sébastien Chenu, tête de liste du RN pour la région, à quelques points de lui dans les intentions de vote. Mais c'est davantage à Marine Le Pen, adversaire putative à la présidentielle, que le président sortant de la région réserve ses flèches les plus acerbes. 

Toute l'info sur

L'interview Politique

Xavier Bertrand a fustigé sur le plateau de LCI : "Pourquoi Marine Le Pen n'est pas là ? Si vraiment le Front national pensait qu'il avait toutes ses chances de gagner la région, pourquoi s'est-elle planquée ?" Pour l'ancien ministre de la Santé, la députée d'extrême droite, qui se présente aux départementales dans son fief d’Hénin-Beaumont après avoir accédé au second tour aux régionales de 2015, "n'a pas eu le courage de se présenter".

Un vent mauvais souffle dans notre pays- Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France

Xavier Bertrand en a également profité pour étriller le bilan de l'extrême droite dans sa région déclarant que "lorsqu'il y a des grands projets économiques, le Front national ne vote pas". Selon lui, le Rassemblement national est le "thermomètre des malheurs des Français". Son programme, donc : s'attaquer "aux problèmes" de la population. 

"Il y a un vent mauvais qui souffle sur notre pays", glisse-t-il sur le plateau. Xavier Bertrand dévoile un programme accentué sur la sécurité et les enjeux économiques affirmant qu'il voulait "redresser le pays et redresser la région des Hauts-de-France". Critiqué pour s'engager aux régionales avant de s'attaquer à la présidentielle, Xavier Bertrand assume : "C'est la même campagne et la même logique. C'est la même élection", dit-il, parlant même d'élection à quatre tours. 

Lire aussi

Fort de son leadership, l'homme fort de la région a répété qu'il ne s'allierait, ni au premier, ni au second tour, avec La République en Marche (représentée dans la région par Laurent Pietraszewski) aux régionales, refusant toute "ambiguïtés". Le ton du candidat se veut même péremptoire : "Ce sera la même liste et le même projet au premier et au deuxième tour, a-t-il soutenu. "Pas de magouille et pas de tambouille dans l'élection régionale."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

EN DIRECT - Olivier Véran : "Le pass sanitaire, nous y mettrons fin à la minute où nous le pourrons"

La maladie de Charcot, le dernier combat de Jean-Yves Lafesse

Manifestations contre le pass sanitaire samedi dans toute la France: à quoi s'attendre?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.