Marine Le Pen sur LCI : "La Hongrie d'Orban est beaucoup plus démocratique que la France de Macron"

Politique
DirectLCI
POLITIQUE - La députée et présidente du Rassemblement national était l'invitée de Christophe Jakubiszyn, mercredi 17 octobre sur LCI.

A propos de l’allocution d’Emmanuel Macron

"Totalement creux, il n'y avait même pas de mea culpa. C'est un gag !"


"Il est 'déterminé' et s'en excuse ? Il 'parle vrai' et s'en excuse ? C'est une plaisanterie ! Il se lance des fleurs et il dit d'ailleurs que tout ce qu'il a dit, il le pense"


"C'est un nouveau propos de mépris qui se rajoute à tous ceux qui lui sont déjà reprochés. Il n'annonce rien, il dit qu'il va continuer, envers et contre tout"


"Le ton, les mots qu'il utilisait... J'ai cru qu'il allait déclarer la guerre. Peut-être à Daech, c'aurait été une bonne nouvelle. En l'occurrence, il ne déclarait rien du tout"


"Il parle de la nation mais en réalité tout son objectif est de démanteler la nation, de faire disparaître ses frontières, ses protections. Tout ça est vide il n'y a aucune conviction"

A propos des prix du carburant

 "Quand le diesel dépasse l'essence à 1,55€ et qu'on envisage de le mettre à 2€ le litre, alors il y a des Français qui ne se déplaceront plus. C'est une entrave à la liberté de circuler".

A propos de la politique d’Emmanuel Macron

"Il y a le prix des carburants mais il y a aussi la CSG, plus le faux retrait de la Taxe d’habitation, plus le gel des retraites... On a atteint un seuil qui est insupportable"


"Il se bat pour un tout petit groupe de personnes qui sont ses amis, un certain nombre de lobbys . Le gouvernement devient 'le conseil d'administration de Danone'."

A propos des perquisitions chez Jean-Luc Mélenchon et au siège de La France Insoumise

"On est en pleine violation de la séparation des pouvoirs. Le parquet, qui n'est pas indépendant, a aspiré tous les mails, conversations téléphoniques..."


"Moi, je défends les principes de notre République même lorsque cela peut avantager certains de mes adversaires"


"Je pense même être sur écoute judiciaire ! Moi, comme M. Mélenchon, ainsi que d'autres... Nous, qui sommes des représentants de l'opposition !"


"Les pouvoirs doivent être séparés. Il ne peut pas y avoir un gouvernement des juges qui tue un parti politique car il considère que ça doit être ainsi"

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, même combat ?

"Le but ne serait pas précisément de faire tomber un parti d'opposition, de le ruiner et, accessoirement, d'empêcher son leader de pouvoir être candidat ?"


"Oui, compte tenu de ce qui se passe, notre pays est en train de devenir un régime autoritaire."


"La Hongrie de Viktor Orban est beaucoup plus démocratique que la France d' Emmanuel Macron."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'invité Politique

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter