Marion Maréchal conviée à l'université du Medef : une invitation qui créée la controverse

Politique

PORTE OUVERTES - L'ancienne députée FN Marion Maréchal sera l'invitée de la prochaine université d'été du Medef. Une initiative du patronat qui fait fortement réagir, de la gauche radicale à la majorité présidentielle.

Il n'est plus un jour sans que l'on parle d'elle. A peine avait-on appris, la veille, que Marion Maréchal avait participé à un dîner pour nouer contact avec un groupe de députés Les Républicains, que le nom de l'ancienne députée FN, désormais présidente de l'Issep, est à nouveau cité jeudi, pour participer aux traditionnelles universités d'été du Medef, le 28 août prochain. 

Selon L'Express, elle doit participer à une table-ronde de l'organisation patronale autour du thème "La grande peur des mal-pensants, pourquoi les populistes sont populaires". Une invitation tout à fait officielle, a confirmé l'entourage de la jeune retraitée de la politique. L'information a également été confirmée jeudi à LCI par le Medef, qui a précisé que "la liste définitive" serait "arrêtée fin juillet". 

Lire aussi

"Panel représentatif"

Selon le Medef, "250 personnes ont été sollicitées afin d'obtenir un panel aussi large que représentatif de l'ensemble des sensibilités politiques du pays, de La France insoumise à Marion Maréchal. Cette dernière fait partie des personnes sollicitées". Ainsi que des figures des Gilets jaunes, a confirmé du même coup l'organisation patronale. 

Représentative ou non, l'invitation de Marion Maréchal a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. "Si cette information est exacte, c'est très grave", a commenté l'ancienne patronne du Medef, Laurence Parisot, sur son compte Twitter. L'annonce a également fait réagir au sein de la majorité, trois députés LaREM, Roland Lescure, Olivia Grégoire et Coralie Dubosc ayant déjà annoncé leur intention de boycotter l'université d'été.  "Elle n'est élue à rien. Et je ne suis pas certain que sa petite entreprise mérite tant d'honneur", a notamment lancé Roland Lescure, tandis que le patron du groupe LaREM, Gilles Legendre, interpellait le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux. 

"Banalisation"

A gauche, la députée LFI Clémentine Autain a également jugé qu'il s'agissait d'un "gravissime pas franchi" par le "grand patronat", que "l'extrême droite n'effraie pas" et qui est "prêt à contribuer activement à la banalisation du RN". 

Début 2017, l'ex-président du Medef Pierre Gattaz avait déjà suscité de fortes réactions, y compris au sein de l'organisation, en conviant Marine Le Pen à un débat dans le cadre de la présidentielle (mais pas lors d'une université d'été). "Depuis 2012, l'ensemble des partis ont été auditionnés par le Medef avant les différents scrutins européens ou nationaux", justifie ainsi le Medef. "Marine Le Pen a d'ailleurs participé à une audition en 2017 dans le cadre de la présidentielle, comme tous les autres candidats". A une différence près, justement : Marion Maréchal n'a plus, à l'heure actuelle, aucune fonction politique, et n'est pas non plus candidate à une élection. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter