Marion Maréchal-Le Pen rame pour avoir le soutien des dissidents FN en Paca

Politique

POLITIQUE – Jean-Marie Le Pen a appelé de ses vœux ses proches à soutenir sa petite-fille pour les élections régionales en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Une consigne qui passe mal auprès des dissidents FN d'autant que Marion Maréchal-Le Pen n'a jamais adopté de posture claire vis à vis de l'ancien chef historique du parti.

Il appelle les électeurs à voter en faveur de "la liste du Front national". Jean-Marie Le Pen a donné ses consignes de vote pour les prochaines élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Celui qui a agité un temps l'épouvantail de sa propre candidature dans la région appelle désormais à soutenir sa petite fille, Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste du Front national.

À LIRE AUSSI >> Jean-Marie Le Pen reprend son combat contre le FN

Liste dissidente

Mais du côté des proches de l'ancien président du FN, exclu de son parti par les instances dirigeantes, tous n'entendent pas voter Marion Maréchal-Le Pen. Pourtant appelé personnellement par Jean-Marie a à cesser toutes velléités personnelles, Jacques Bompard, le maire d'Orange, ne compte pas retirer sa candidature affiliée à la Ligue du Sud. "Son programme ne représente rien et, comme le dit son grand-père, elle n'a pas les compétences", rappelle à RTL l'élu du Vaucluse.

Et d'asséner le coup final : "Marion c'est la mignonne. Si on travaille sur la photo, elle va gagner. Si on travaille sur le programme, je vais gagner."

Le maire d'Orange n'est pas le seul à avoir la dent dure contre la nièce de Marine Le Pen. Celui qui cristallise toutes les rancunes s'appelle Olivier Bettati, un ex-UMP qui a rallié le FN pour mener la liste du parti frontiste dans les Alpes-Maritimes. "Nous ne voulons pas de quelqu'un d'étranger au FN pour mener les listes dans le département", martèle Lydia Schenardi, démissionnaire du parti à la flamme après l'exclusion de Jean-Marie Le Pen au micro de la radio .

"Provocation inutile"

Ces nouveaux dissidents du FN reprochent à Marion Maréchal-Le Pen la présence sur les listes du parti des noms pas assez "frontistes" à leur goût. Des gens trop fidèles à Florian Philippot, tenant de la ligne "gauchisante" du FN. En somme, trop fidèle à la ligne de dédiabolisation chère à Marine Le Pen qui, pour limiter l'influence de sa nièce, bien plus à droite qu'elle, a mis son nez dans le choix des candidats.

La députée du Vaucluse paie aussi sa position peu claire envers Jean-Marie Le Pen qui pourrait lui coûter leur soutien. En effet, en novembre 2014, celle qui est présentée comme le digne successeur de son grand-père, se dit prête à se désister en Paca si l'ancien patron du FN souhaite se représenter, et ce malgré la préférence affichée de Marine Le Pen pour sa candidature.

Opération réconciliation

Et même si elle affirme s'être battue pour éviter l'exclusion de Jean-Marie Le Pen, la députée du Vaucluse a affiché son désaccord avec les propos de ce dernier au sujet des chambres à gaz. "Je regrette que le verbe de Jean-Marie Le Pen qui servit si longtemps à clamer des vérités (…) soit devenu un moyen de provocation inutile", déclarait-elle en avril dernier.

Aujourd'hui, la candidate aux régionales en Paca accuse les candidats dissidents du FN de faire preuve de "vengeance", de "rancœur" ou d'"amertume" à son encontre. "Beaucoup avaient postulé sur les listes du Front national", dénonçait-elle sur France 3 Vaucluse. Avant de se lancer dans une opération réconciliation pour tenter de récupérer ces milliers de voix qui pourraient lui coûter l'élection. Selon Europe 1 , Marion Maréchal-Le Pen fait désormais tout pour se rapprocher des fidèles de son grand-père.

EN SAVOIR +
>> Régionales en PACA : Jean-Marie Le Pen revient par la petite porte
>> Régionales 2015 - Jean-Marie Le Pen candidat dissident? Marion Maréchal ne veut pas y croire

>> "Belliqueux", "revanchard" : Marion Maréchal balance sur son grand-père

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter