Mélenchon VS Castaner dans "L'Emission politique" : n'y a-t-il donc pas d'autre opposant au gouvernement ?

Politique

Toute L'info sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

TÉLÉVISION - Ce jeudi soir dans l'"Emission politique", Jean-Luc Mélenchon débattra face au nouveau chef de La République en marche Christophe Castaner. Pourquoi ne pas avoir choisi d'opposer un Républicain ou un socialiste au leader de La France insoumise, abonné aux confrontations avec le parti présidentiel ?

Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sont-ils devenus des "alliés objectifs" ? Pour le spécialiste de la communication politique Philippe Moreau-Chevrolet, cela ne fait aucun doute, alors que Christophe Castaner, délégué général de la République en marche, vient porter la contradiction au leader de la France insoumise, invité de L'Emission politique, jeudi 30 novembre sur France 2.

Depuis le début du quinquennat, les deux hommes et leur mouvement, opposants quasi-systématiques, dévorent l'espace politico-médiatique. Mieux, ils vampirisent les partis traditionnels. Résultat : l'omniprésence de la France insoumise lui donne du crédit dans l'opinion. Et la majorité, qui n'imagine pas une seule seconde sa rivale arriver au pouvoir, s'en satisfait fort bien.

Lire aussi

Un précédent fort courtois contre Edouard Philippe

Alors que les Républicains, le Front national et le Parti socialiste sont affaiblis et occupés à leur reconstruction, seuls les insoumis apparaissent comme de vrais opposants au gouvernement. Leurs députés sont ceux que l'on entend le plus dans les médias pour critiquer l'action de l'exécutif et proposer un projet alternatif. Alors, ce jeudi soir, quand les téléspectateurs verront le député des Bouches-du-Rhône débattre avec une figure de la majorité, ils seraient en droit de se dire : encore ? Déjà, à la fin du mois de septembre, le Premier ministre Edouard Philippe (encore membre des Républicains à l'époque) avait eu pour détracteur... Jean-Luc Mélenchon. Et le face-à-face tant attendu entre les deux hommes avait finalement été cordial et bienveillant.

Lire aussi

En vidéo

Jean-Luc Mélenchon cherche un second souffle

"Le duel de ce soir résume la situation qui existe au Parlement depuis le début du quinquennat : un seul parti est en ordre de fonctionnement, est capable de s’opposer et de se faire entendre, La France insoumise. Ce débat est donc assez logique", explique Philippe Moreau-Chevrolet à LCI, voyant dans le mouvement fondé par Jean-Luc Mélenchon "le seul opposant crédible à La République en marche".

"France 2 n'a pas voulu donner l'impression de choisir"

Mais pourquoi le groupe France Télévisions, qui s'était déjà fait taper sur les doigts en septembre pour n'avoir pas choisi un opposant PS à Edouard Philippe, n'a-t-il pas pris le risque de proposer un débat inédit, avec l'espoir de faire émerger de nouvelles confrontations, de nouveaux arguments, de nouvelles idées ? Selon Philippe Moreau-Chevrolet, "leur logique est de faire un débat entre les deux forces politiques qui dominent. Il aurait été bizarre d’envoyer un Républicain car ils sont en train d’élire leur président, ils sont un peu perdus.... Tout comme il aurait été bizarre de choisir un socialiste", qui se cherche un avenir et un futur Premier secrétaire. Surtout, France 2 n'a pas voulu donner l'impression de choisir son camp au sein des Républicains ou du PS. "S’ils choisissaient un Républicain, ils auraient donné l’impression de se positionner pour une tendance plutôt qu’une autre avant l’élection du président du parti le 10 décembre prochain. Au Parti socialiste, on aurait pu leur reprocher de favoriser un courant."

Quitte à sentir de la répétition, "la France insoumise est le moins mauvais choix. Dans la période actuelle, il n’y a pas d’opposition plus structurée. On peut le regretter mais c’est comme ça. France 2, par ce choix, conforte une situation qui est en train de s’installer." Toutefois, conclut  le communicant, "c'est vrai que ce débat peut être qualifié de 'faux débat' entre meilleurs amis."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter