Ménard invite "la vraie droite" à Béziers : au FN, on minimise

Ménard invite "la vraie droite" à Béziers : au FN, on minimise

SULFUREUX - Malgré la présence de Marion Maréchal-Le Pen et de Louis Aliot à Béziers ce week-end, le FN affiche une certaine indifférence face à l’initiative de Robert Ménard, qui organise à partir de vendredi dans sa ville, un rassemblement des droites autour de grand thèmes comme l'école, la famille ou l'immigration.

L'imprévisible maire de Béziers, Robert Ménard, organise ce week-end dans sa ville un rassemblement de la droite dite patriotique. De nombreuses conférences thématiques sont organisées avec un parterre d’intellectuels estampillés très à droite. L’objectif de ce grand raout est de mettre en débat une série de propositions pour les candidats à la présidentielle. A l’instar, toutes proportions gardées, de Nicolas Hulot et son pacte écologique en 2007, Robert Ménard veut soumettre ses idées avant d’envisager soutenir un ou une candidate en 2017.

A LIRE AUSSI >> Quelle est cette "vraie droite" que Robert Ménard invite à Béziers ?

Beaucoup auraient pu penser que le maire de Béziers soutiendrait sans condition Marine Le Pen - lui ayant bénéficié du soutien du FN pour les municipales de 2014. Mais non, l’ancien président de Reporters sans frontières ne partage pas certaines orientations du FN. "Nous avons en effet des désaccords profonds sur l’Europe, sur la fiscalité, sur les retraites", nous confirme le vice-président frontiste Florian Philippot, qui voit en l’édile biterrois un "ultra-libéral". Un qualificatif plus proche de l’insulte que du compliment dans sa bouche.

Naturellement, lui n’ira pas à Béziers, même s’il assure avoir un œil bienveillant sur ce rassemblement. "C’est bien pour le débat, c’est toujours intéressant", glisse-t-il. En revanche, Marion Maréchal-Le Pen et Louis Aliot, eux, s’y rendront. "A la demande de Marine Le Pen, pour voir et pour écouter", s'empresse de préciser Florian Philippot.

A LIRE AUSSI >> Béziers : le coup de gueule des profs d'histoire contre Robert Ménard

Si ce dernier se montre peu disert sur cette grande réunion des droites, d’autres élus du FN ne cachent pas leur perplexité. "Si c’est pour constituer un courant allié au FN en vue de 2017, pourquoi pas. Mais si c’est pour être dans la surenchère ou le parasitage, cela n’a aucun intérêt", prévient l’élu régional de Bourgogne, Julien Odoul. "Nous allons regarder ses propositions, et surtout leur faisabilité", laisse entendre sans grand enthousiasme un cadre du parti.

"Un coup d’épée dans l’eau"

Si Robert Ménard n’est pas en odeur de sainteté au FN, ce n’est pas uniquement en raison de ces désaccords politiques. Son manque de loyauté et de gratitude sont également pointés du doigt. "Il y a eu de sa part quelques marques d’arrogance. Sans le soutien du FN et de Marine Le Pen, il n’aurait pas remporté les municipales. Il faut bien qu’il ait cela en tête", tient à rappeler Julien Odoul.

Or, le maire de Béziers ne semble pas prêt de changer. "Sans le FN, nos idées ne gagneraient pas. Mais sans nos idées, le FN ne gagnera pas", a plastronné Robert Ménard mercredi lors d’une conférence de presse annonçant la création d’un nouveau mouvement politique "Oz ta droite". Une initiative que certains au FN qualifient déjà de "coup d’épée dans l’eau".

A LIRE AUSSI >> Robert Ménard, roi de la provoc' à Béziers

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter