"Méthodes de voyous" : quand Dati déclare la guerre à Fillon sur Twitter

"Méthodes de voyous" : quand Dati déclare la guerre à Fillon sur Twitter
Politique

OPPOSITION – Si Rachida Dati et François Fillon ne s'entendent pas depuis longtemps, la maire du 7e arrondissement de Paris semble bien vouloir lui déclarer la guerre cette fois-ci. Dénonçant des "méthodes de voyous" sur Twitter après avoir été épinglée pour ses factures de téléphone payées par l'UMP, elle ne cesse de s'en prendre à l'ancien Premier ministre "humilié pendant 5 ans par Nicolas Sarkozy".

Qui s'en prend à Rachida Dati s'expose à une riposte violente et immédiate. Furieuse après les révélations du Canard enchaîné, qui a détaillé ce mercredi ses factures payées par l'UMP - 10.000 par an pour ses deux téléphones, 9000 pour ses billets de train, 4000 euros pour ses billets d'avion -  la maire du VIIe arrondissement de Paris s'est expliquée sur Twitter, accusant François Fillon d'avoir orchestré ces révélations.

"La théorie de la 'bonne apparence' dont se sert allègrement François Fillon, n’autorise pas tout, y compris des méthodes de voyous!", accuse l'ancienne garde des Sceaux avant de lâcher : "Ce n’est pas de ma faute, ni celle de quiconque, si François Fillon a accepté d’être humilié pendant 5 ans par Nicolas Sarkozy !".

"Je sais que je suscite de la haine chez François Fillon"

L'eurodéputée s'est également défendue face aux révélations du journal satirique . Une facture de 10.000 euros de téléphone sur le compte du parti ? "L'UMP a pris en charge une ligne de téléphone et un abonnement au "fil AFP", en ma qualité de responsable de l'UMP", concède-t-elle. Des frais de transport exorbitants toujours pris en charge par le parti ? "En tant que responsable UMP, je me déplace régulièrement", justifie l'élue qui tient à préciser que les députés européens ne "bénéficient pas de la gratuité SNCF". Enfin, Rachida Dati assure qu'elle n'a pas de collaborateur rémunéré par le parti, contrairement aux déclarations du Canard enchaîné.

Après les justifications, place à la riposte. "Ceux qui m'attaquent aujourd'hui savent pourtant très bien que rien ne m'abattra", prévient Rachida Dati, qui n'hésite pas à attaquer les patrons intérimaires, François Fillon en tête. "Curieux que les boules puantes ne concernent qu'un seul "camp": Hortefeux, Bertrand, Raffarin, Daubresse, Cope....who's next?", s'interroge-t-elle toujours sur Twitter. Et de cibler le triumvirat pour exiger que la transparence les concerne aussi : "Je demande que les membres du triumvirat disent par qui ont été et sont payés leurs collaborateurs". "Je sais que je suscite de la haine chez François Fillon et certains de ses proches. Je l’ai encore vécue pendant les dernières municipales", conclut l'ancienne ministre. Vous disiez Union pour un Mouvement populaire ?

Sur Facebook, Rachida Dati détaille ses justifications :

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent