Migraine ophtlamique, fatigue, impréparation : dans les coulisses du naufrage de Marine Le Pen au débat du second tour de la présidentielle

RÉCIT - Le Monde Magazine nous fait plonger dans les coulisses de la journée où Marine Le Pen - mal préparée, fatiguée et malade - a perdu l'élection présidentielle, notamment à cause d'un débat de l'entre-deux-tours complètement raté. Édifiant.

Le 3 mai dernier, 16 millions de téléspectateurs ont pu voir en direct le naufrage de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron lors du débat d’entre-deux-tour. La journée qui a précédé une des pires prestations de la carrière politique de la présidente du Front national peut expliquer cette bérézina.  

La migraine qui inquiète

Ce 3 mai 2017 à 10h30, Marine Le Pen et son entourage envisage de faire reporter voire d’annuler le débat qui va l’opposer à Emmanuel Macron. Épuisée par sa campagne express, la candidate du FN démarre cette journée décisive en appelant son ophtalmologue. Le diagnostic tombe, Marine Le Pen souffre d’une migraine ophtalmique. À ce moment-là, son conseiller Bruno Bilde entre dans la résidence de la candidate à La Celle-Saint-Cloud. Elle lui crie : "Bruno ! Bruno ! Je ne vois plus rien de l’œil gauche !". Cette anecdote est rapportée par le Monde magazine qui, dans une longue enquête, dévoile les coulisses heures par heures la journée du débat présidentiel où Marine Le Pen ratera le coche.

La panique chez les proches de la candidate

Nos confrères du Monde dépeignent une candidate à bout de forces et qui a dormi "trois quarts d’heure" la nuit précédant le débat. Son conseiller Bruno Bilde s’inquiète de son état physique et envoie un texto à un membre de l’équipe de campagne pour savoir s’il est encore possible d’annuler le débat. Malgré la douleur et la fatigue, la candidate tranche. "On ne change pas ce qui est prévu", dit-elle à son entourage. 


Rétrospectivement, son directeur de campagne David Rachline n’hésite pas à le dire, ils ont trop tiré sur la corde. "On a, et peut-être que j’ai, accepté trop de rendez-vous et de déplacements. Ce n’est pas du fait de Marine, c’est nous qui ne lui avons pas laissé suffisamment de temps", reconnaît-il aujourd’hui.


Après avoir réglé les problèmes médicaux de la candidate, elle a continué à recevoir ses conseillers pour tenter de se préparer tant bien que mal. Après la venue de Bruno Bilde, c’est autour des frères Philippot, Florian et Damien de venir voir Marine Le Pen. Conscient des faiblesses de la présidente du FN sur les sujets économiques notamment la sortie de l’euro, les frères Philippot renoncent à commencer une large révision sur le sujet, faute de temps. 


À la place, ils lui donnent "des notes sur la défense, l’économie, l’immigration", les mêmes qu'elle confondra le soir venu en mélangeant les situations d'Alstom et de SFR face à Emmanuel Macron. Une séquence qui décrédibilisera la candidate au cours du débat.

En vidéo

"Ce débat était raté", reconnaît Marine Le Pen

Tensions en coulisses et entre les deux candidats

Malgré son impréparation sur les sujets économiques, Marine Le Pen avait pourtant fait un débat "test" la veille du jour J avec  Sébastien Chenu. Pour détendre l’atmosphère à l’Escale, le QG de campagne de Marine Le Pen, il imite l’actuel président en zozotant : "Et la Tsétsénie, que dites-vous de la Tsétsénie? Et le gaz de siste?". L’objectif de la garde rapprochée de Marine Le Pen est simple : il faut faire sortir de ses gonds Emmanuel Macron. "Il fallait le faire parler et le secouer", a affirmé un dirigeant de la campagne cité par Le Monde. Une stratégie qui semble avoir été décidé après qu’Emmanuel Macron est menacé en off de quitter le plateau si le débat "vire au pugilat".  Dès le début du débat, le ton est donné. Lors de son propos introductif, la candidate attaque frontalement Emmanuel Macron. Des attaques qui auront lieu tout au long du débat.


Mais en coulisses, l’ambiance n’est guère meilleure. toujours selon Le Monde magazine, Sébastien Chenu a menacé Miche Field, le directeur de l’information de France 2 à l’époque, d’en venir aux mains après un échange très tendu entre les deux hommes. Au fil du débat, les mines des équipes de la candidate deviennent sombres. L’apogée de cette soirée cauchemar, c’est son imitation de la série "Les Envahisseurs", qui finit par des ricanements face à un Emmanuel Macron légèrement désabusé.

En vidéo

VIDÉO - Quand Marine Le Pen évoque "Les Envahisseurs" en plein débat

Le débat enfin terminé, personne ne semble oser dire à la candidate la triste vérité : elle a complètement râté son débat. Lucide, elle dit en coulisses : "Ce sera dur de gagner". De retour à son QG de campagne, la secrétaire de Marine Le Pen dit : "Ce n’est pas ce soir qu’on aura glané des voix". Elle est en vérité la seule à dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas dans les rangs du Front national.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter