Mistral : Hollande a-t-il bien fait de dire "niet" à la Russie ?

Politique
CONTRAT - Un accord a été conclu mercredi entre Paris et Moscou sur le remboursement des deux navires que la France ne livrera pas à Moscou. Une étape préalable à la revente des navires à un autre pays. Tour d'horizon des réactions politiques suite à cette annonce.

Après huit mois de rebondissements, Paris et Moscou ont mis un terme, d'un commun accord, au contrat de livraison de deux navires de type Mistral. La France aimerait bien maintenant vendre ces deux navires dont elle a maintenant "la pleine propriété". Suite à cette annonce, les réactions politiques n'ont pas tardé.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a vanté jeudi matin sur RTL "un accord qui est le meilleur accord possible ", assurant que la Russie "sera remboursée à l'euro près des engagements financiers qu'elle a pu mobiliser". "Le prix initial des deux bateaux était environ d'1,2 milliards d'euros", a-t-il rappelé

Michel Barnier, l'ancien ministre et commissaire européen LR, soutient également l'avis de Jean-Yves Le Drian : "Le ministre Jean-Yves Le Drian fait bien son travail (...) La France, et je ne vais pas la critiquer, a eu un réflexe européen en adoptant une attitude cohérente avec les sanctions décidées à l'égard de la Russie", a-t-il déclaré sur iTélé.

Ceux qui crient à la trahison

Bien plus remonté, Thierry Mariani, député Les Républicains (LR) des Français de l'étranger, a évalué jeudi "l'addition" pour la France des navires Mistral non livrés à la Russie, à "environ 1,5 milliard à 1,6 milliard" d'euros, soit nettement plus que le chiffre avancé par le gouvernement. "Hollande a cédé et la France obéit aux USA et à l'Europe. Jour de deuil pour ce qu'il reste de notre indépendance nationale...", s'insurge l'ex-ministre sur Twitter.

Le député Eric Ciotti parle, lui, d'une "faute absolue". "On a l'impression que dans cette affaire le président Hollande s'est soumis au diktat américain", estime  le parlementaire des Alpes-Martimes invité jeudi de Sud Radio.

Dans un communiqué, le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan regrette "le paradoxe qu'il y avait à refuser de livrer les Mistral à la Russie tout en acceptant de vendre des Rafale au Qatar".

L'eurodéputée Nadine Morano LR parle sur Facebook d'un "scandale d'Etat". "La France a renié sa signature commerciale qui ne vaut plus grand chose sur la scène internationale. Notre industrie navale s'en trouve décrédibilisée", juge l'ex-ministre.

HOLLANDE A DECREDIBILISE LA SIGNATURE COMMERCIALE DE LA FRANCEVoilà l'accord est intervenu. La France ne livrera pas...

Posted by Nadine Morano on  mercredi 5 août 2015


De son côté, la présidente du Front national Marine Le Pen a jugé "la France gravement décrédibilisée, le contribuable encore saigné" par l'accord passé entre la Russie et la France. "L'officialisation hier de la non-livraison des navires Mistral à la Russie constitue une faute lourde de François Hollande, qui porte gravement atteinte à la crédibilité même de la France", estime dans un communiqué la leader du FN, qui défend régulièrement la politique de la Russie sur le plan international.

EN SAVOIR + >> La France va rembourser la Russie

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter