Propreté, sécurité et urbanisme, thèmes prioritaires des municipales à Montpellier

Propreté, sécurité et urbanisme, thèmes prioritaires des municipales à Montpellier

LCI VOUS ÉCOUTE - A l’approche des municipales, LCI.fr s’associe à monaviscitoyen.fr pour se mettre à l’écoute des électeurs et vous faire vivre la dernière ligne droite de la campagne. Aujourd'hui, immersion à Montpellier.

Des écologistes favoris... Mais affaiblis. En tête des intentions de vote à Montpellier, devant le maire sortant Philippe Saurel et loin devant les autres listes, y compris celle de Patrick Vignal (LaREM), les Verts ont probablement une carte à jouer dans cette grande métropole d'Occitanie où les sujets environnementaux s'invitent au cœur de la campagne. Mais l'invalidation par le mouvement de la tête de liste Clothilde Ollier, devenue dissidente, au profit de Coralie Mention, risque de lui jouer des tours. 

Quant aux Montpelliérains, que pensent-ils de leur ville ? Quelles sont à leurs yeux les priorités du prochain mandat ? Pour y voir plus clair, LCI est partenaire de la plateforme Mon avis citoyen, qui leur donne la parole en temps réel et de façon ouverte, et dont le “Manifeste” est à consulter ici. En voici un rapide aperçu, sur la base de près de quelque 133.900 contributions collectées sur l’ensemble du territoire de cette métropole. 

Lire aussi

Propreté : lutter contre les "incivilités"

Parmi les principaux atouts de leur ville, les Montpelliérains citent dans l'ordre les loisirs et le cadre de vie (événements culturels gratuits, proximité avec la mer et la montagne, vie nocturne...), le patrimoine ou encore les transports, dont le tram. 

A l'inverse, comme dans de nombreuses métropole françaises, l'une des principales faiblesses signalées est la propreté des rues. Des habitants décrivent ainsi "les ordures aux coins des rues" (quartiers Pompignane, Gambetta), ou encore des poubelles "qui débordent le samedi et le dimanche" (quartier Millénaire-Grammont). S'ils incriminent pour certains "une mauvaise gestion de la collecte des déchets" (quartiers Aiguelongue, Antigone), nombreux sont ceux qui y voient avant tout le fait des incivilités. "Malgré tous les efforts pour que cette ville soit propre, elle reste sale", souligne ainsi un habitant du quartier du Plan des 4 Seigneurs. "On ne donne pas les moyens de faire le boulot à la brigade des incivilités", juge aussi un habitant du centre. Il est ainsi suggéré d'augmenter les effectifs de la propreté, de "faire payer les poubelles au poids comme c'est fait à Besançon", de mettre en place "une vraie politique de tri sélectif" ou encore de "verbaliser les personnes jetant leurs déchets". 

"Sentiment d'insécurité"

La seconde faiblesse identifiée par les contributeurs sur la plateforme concerne la sécurité. Un habitant de l'hypercentre décrit ainsi "un sentiment d'insécurité par endroits, y compris au centre-ville", un jeune homme raconte les "bagarres et agressions passé 22h30", tandis qu'une quadragénaire assure ne pas pouvoir se promener le soir en raison de regroupements sur la place de la Comédie. "Le centre-ville s'est nettement dégradé en terme de mauvaise fréquentation, ce qui génère un sentiment d'insécurité, en journée mais surtout quand on rente après un resto le soir", confirme un habitant de 46 ans vivant dans le quartier Lemasson. "L'embellissement des lieux est inversement proportionnel à son manque de sécurité", ajoute une autre. 

Les habitants suggèrent ainsi une police municipale "plus visible", notamment dans le centre-ville, "pour les femmes particulièrement", de "faire le grand ménage des dealers" ou encore de mettre "plus de sécurité dans les trams". 

"Trop de béton"

Le troisième sujet prioritaire aux yeux des contributeurs est celui de la "bétonisation" de la ville. Une habitante dénonce ainsi "la place trop grande accordée aux promoteurs immobiliers et au béton, ce qui entraîne la suppression de beaucoup d'arbres". "Bétonisation de tous les quartiers", peut-on également lire, "trop de nouvelles constructions", et ce "au détriment des espaces verts". 

Il est ainsi recommandé de "planter des arbres et de la verdure partout où c'est possible", "d'abandonner les projets de centres commerciaux" au détriment des petits commerces, de "végétaliser les toits des infrastructures" ou encore de créer des "pistes cyclables sécurisées" au détriment d'une circulation automobile jugée trop dense. 

Les notes de Montpellier

- Qualité de vie : 6,81/10 (contre 7/10 au niveau national)

- Services à la population : 6,02/10 (contre 5,63/10 au niveau national)

- Transports : 6,59/10 (contre 4,98/10 au niveau national)

- Commerces et emploi : 5,70/10 (contre 5,24/10 au niveau national)

- Sécurité et prévention : 3,86/10 (contre 6,02/10 au niveau national)

- Social et solidarité : 6,21/10 (contre 5,75/10 au niveau national)

- Gestion publique : 4,94/10 (contre 5,65/10 au niveau national).

- 70% des Montpelliérains recommanderaient leur ville à un proche, contre 58% des Parisiens, 86% des Lyonnais, 71% des Nantais, 48% des Marseillais et globalement 73% des Français. 

- 61% des Montpelliérains sont satisfaits de la communication qu'ils reçoivent de la municipalité (66% au niveau national).

Rendez-vous sur www.monaviscitoyen.fr pour contribuer à votre tour.

Monaviscitoyen recense les débats, les idées, les échanges déposés volontairement et anonymement par les habitants des communes de France. Sans avoir valeur de sondage c’est le pouls du débat public dans une ville que nous pouvons ainsi vous faire remonter, identifiant les signaux faibles ou les tendances citoyennes qui émergent parfois en dehors des chemins classiques. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 220.000 Français vaccinés ce samedi, "plus du double" que le week-end dernier

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Lire et commenter